S'identifier - S'inscrire - Contact

Jorge Luis Borges







(Buenos Aires, 1899 — Genève, 1986). « À quoi bon le célébrer quand les Universités elles-mêmes le font ? La malchance d’être reconnu s’est abattue sur lui. Il méritait mieux. Il méritait de demeurer dans l’ombre, dans l’imperceptible, de rester aussi insaisissable et aussi impopulaire que la nuance. Là, il était chez lui. La consécration est la pire des punitions pour un écrivain en général, et tout spécialement pour un écrivain de son genre. À partir du moment où tout le monde le cite, on ne peut plus le citer, ou, si on le fait, on a l’impression de venir grossir la masse de ses “admirateurs”, de ses ennemis. Ceux qui veulent à tout prix lui rendre justice ne font en réalité que précipiter sa chute. Je m’arrête, car si je continuais sur ce ton, je finirais par m’apitoyer sur son sort. Or, on a toutes les raisons de supposer qu’il s’y emploie lui-même" (Émile Cioran, Exercices d’admiration, Éditions Gallimard, « Arcades », 1976).« Quelques faits ponctuent très fortement son existence : le voyage qu’il fit en Europe de 1914 à 1921 ; sa participation au mouvement ultraïste, qui influencera son premier recueil de poésie (Ferveur de Buenos Aires) ; sa collaboration à la revue Sur fondée par Victoria Ocampo ; son amitié pour Adolfo Bioy Casares, qui se matérialisera dans les recueils écrits en collaboration et dans le personnage de Bustos Domecq ; la haine farouche qu’il voua à Perón et enfin, en 1955, à la chute de celui-ci, le double événement dont il souligne l’ironie dans le “Poème des dons” : l’accession au poste de directeur de la Bibliothèque nationale, et la cécité presque complète qui le frappe. Le reste, serait-on tenté de dire, c’est l’œuvre à l’exclusion de tout : une œuvre commencée, avec les poèmes et Evaristo Carriego, sous le signe d’une étroite adhésion au “sentiment argentin” et à ses mythologies (le tango, Martín Fierro et les gauchos entre autres). S’y profile parallèlement un amour pour Buenos Aires, ses quartiers douteux ou limitrophes et son univers de mauvais garçons, qui ne se démentira jamais. Peu à peu, cependant, l’univers de Borges va se nuancer, s’enrichir d’autres formes, d’autres thèmes. Discussion, Histoire universelle de l’infamie, Histoire de l’éternité, et singulièrement “L’Approche d’Almotasim” marquent les premiers pas vers ce changement profond. En 1938, année de la mort de son père, Borges se blesse violemment à la tête (cet accident est le point de départ de la nouvelle “Le Sud”). Atteint d’une septicémie, il va durant sa convalescence aborder un nouveau monde: ce sera “Pierre Ménard, auteur du Quichotte” sorte de manifeste intime sur lequel s’appuie une bonne partie de l’œuvre à venir - et particulièrement les quatre très grands livres de Borges que sont Fiction, L’Aleph, Enquêtes, L’Auteur et autres textes. » (Gilles Quinsat, Encyclopœdia Universalis).


Par larouge • Borges Jorge Luis • Mardi 25/05/2010 • 0 commentaires  • Lu 961 fois • Version imprimable

Tout Borges, et plus encore

Tout Borges, et plus encore…

→ plus
Par larouge • Borges Jorge Luis • Lundi 24/05/2010 • 0 commentaires  • Lu 962 fois • Version imprimable

Jorge Luis Borges : la parole universelle

→ plus
Par larouge • Borges Jorge Luis • Mardi 11/08/2009 • 0 commentaires  • Lu 1223 fois • Version imprimable

Jorge Luis Borges le patriarche

Jorge Luis Borges (1899-1986)
→ plus
Par larouge • Borges Jorge Luis • Vendredi 19/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 588 fois • Version imprimable

à propos de Jorge Luis Borges

Jorge Luis Borges
→ plus
Par larouge • Borges Jorge Luis • Vendredi 19/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 835 fois • Version imprimable

Qu'est-ce que le bouddhisme?

Qu'est-ce que le bouddhisme?
de Jorge Luis Borges (Auteur), Alicia Jurado (Auteur)









Poche: 124 pages
Editeur : Gallimard (3 mai 1996)
Collection : Folio

Un des plus grands écrivains de notre époque, Jorge Luis Borges, expose dans cet essai, issu d'une série de conférences, l'histoire et la doctrine du bouddhisme.Œuvre exhaustive : Borges examine les antécédents du bouddhisme et analyse les particularités de cette doctrine : le lamaïsme, le tantrisme et le bouddhisme zen.Dans ce cours, Borges, grâce à son savoir universel, ne cesse de comparer les doctrines asiatiques avec les religions européennes. Son exposé est d'une profondeur et d'une clarté remarquables.

Par larouge • Borges Jorge Luis • Vendredi 19/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 573 fois • Version imprimable

Conversations à Buenos Aires

Conversations à Buenos Aires
de Jorge-Luis Borges (Auteur), Ernesto Sabato (Auteur), Orlando Barone (Auteur), Michel Bibard (Traduction)









Poche: 181 pages
Editeur : 10/18 (4 novembre 2004)
Collection : Bibliothèques

À la fin de l'année 1974, le journaliste Orlando Barone eut l'idée de réunir autour d'une table les deux « lions » de la littérature argentine, Borges et Sabato, afin qu'ils échangent leurs idées au cours d'une conversation très libre. Ce sont ces entretiens historiques que l'on retrouvera mot pour mot dans ce livre.
Les deux auteurs se livrent volontiers avec passion et non sans malice à une joute amicale dans laquelle ils mettent au clair leurs divergences d'opinions et de tempérament.
Des thèmes aussi variés que la réalité et les rêves, l'idée de Dieu, l'amour, l'art de traduire, le tango, le théâtre et le cinéma s'entremêlent constamment à une multitude de digressions qui composent une vaste mosaïque de l'intellect et de l'imagination.
Cet échange verbal d'une grande richesse doit toute sa fraîcheur à la spontanéité qui l'anime et offre au lecteur un tableau saisissant et inattendu de la personnalité des deux grands écrivains


Par larouge • Borges Jorge Luis • Vendredi 19/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 518 fois • Version imprimable

Cours de littérature anglaise

Cours de littérature anglaise
 de Jorge Luis Borges (Auteur)








Broché: 371 pages
Editeur : Seuil (18 mai 2006)
Collection : La Librairie du XXIe siècle

Je crois que la formule " lecture obligatoire " est un contresens ; la lecture ne doit pas être obligatoire. Parle-t-on de plaisir obligatoire ? A quoi bon ? Le plaisir n'est pas une obligation, c'est une quête. Bonheur obligatoire ! Le bonheur aussi est une quête. J'ai été professeur de littérature anglaise pendant vingt ans à la faculté de philosophie et de lettres de l'université de Buenos Aires. J'ai toujours donné ce conseil à mes étudiants : si un livre vous ennuie, abandonnez-le ; ne lisez pas un livre parce qu'il est fameux, ou moderne, ou ancien. Si un livre vous semble ennuyeux, laissez-le ; même si ce livre est le Paradis perdu - qui pour moi n'est pas ennuyeux - ou Don Quichotte - qui pour moi ne l'est pas davantage. Mais si un livre vous ennuie, ne le lisez pas ; c'est qu'il n'a pas été écrit pour vous. La lecture doit être une des formes du bonheur : voilà pourquoi je conseillerais aux possibles lecteurs de mon testament - que je n'ai d'ailleurs pas l'intention de rédiger - de lire beaucoup, de ne pas se laisser effrayer par la réputation des auteurs, de rechercher un bonheur personnel, un plaisir personnel. Il n'y a pas d'autre façon de lire. J. L. B.

Par larouge • Borges Jorge Luis • Vendredi 19/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 524 fois • Version imprimable

L'auteur et autres textes

L'auteur et autres textes
 de Jorge Luis Borges (Auteur)





Poche: 221 pages
Editeur : Gallimard;
Édition : Ed. bilingue (17 novembre 1982)
Collection : L'Imaginaire

" C'est à l'autre, à Borges, que les choses arrivent. Moi, je marche dans Buenos Aires, je m'attarde peut-être machinalement, pour regarder la voûte d'un vestibule et la grille d'un patio. J'ai des nouvelles de Borges par la poste et je vois son nom proposé pour une chaire ou dans un dictionnaire biographique. [...] Il y a des années, j'ai essayé de me libérer de lui et j'ai passé des mythologies de banlieue aux jeux avec le temps et avec l'infini, mais maintenant ces jeux appartiennent à Borges et il faudra que j'imagine autre chose. De cette façon, ma vie est une fuite où je perds tout et où tout va à l'oubli ou à l'autre. Je ne sais pas lequel des deux écrit cette page. "

Retrouvailles dialogues inédits

Retrouvailles dialogues inédits
de Jorge Luis Borges (Auteur), Osvaldo Ferrari (Auteur), Bertrand Fillaudeau (Traduction)







Broché: 304 pages
Editeur : José Corti (19 mars 2003)
Collection : En lisant, en écrivant

Comme tous mes livres, voire même comme tous les livres, celui-ci s’est écrit tout seul. Nous tâchons, Ferrari et moi, que nos paroles jaillissent, à travers nous ou, qui sait, malgré nous. Nous ne parlons jamais en vue d’un objectif. Ceux qui ont parcouru le manuscrit nous garantirent que l’expérience était agréable. Fasse le ciel que nos lecteurs ne désapprouvent pas cette généreuse opinion. Dans le prologue d’un de ses « Songes», Francisco de Quevedo a écrit : Dieu te garde, lecteur, des longs préambules, et des mauvaises épithètes. - Jorge Luis Borges.
Le dialogue avec Borges est une incursion dans la littérature même. Il permet d’être en contact avec l’esprit du littéraire. Borges lui-même m’avait affirmé qu’il voyait dans ces dialogues une forme indirecte d’écriture. Il continuait à écrire à travers les dialogues. Transcrivant les conversations j’eus la certitude que Borges, en conversant, prolongeait son œuvre écrite. À la magie de le lire correspond alors la magie de l’entendre.
Outre l’éthique, la religion, le temps, la pensée littéraire, objets d’une attention permanente, Borges se livre à quelques exercices d’admiration (Yeats, Shaw, Whitman) mais peut aussi s’attaquer à certaine idoles (Valéry, Joyce).
Mais par-dessus tout, ce qui ressort c’est l’esprit de Borges, garant de la profondeur de la rencontre avec lui-même comme avec la littérature universelle, à qui il consacra sa vie. - Osvaldo Ferrari

Nouveaux dialogues

Nouveaux dialogues
de Jorge Luis Borges (Auteur), Osvaldo Ferrari (Auteur)







Broché: 187 pages
Editeur : Editions de l'Aube (3 juillet 2001)
Collection : Littérature

Sur Conrad et Melville, sur Socrate ou les Etats-Unis, sur Flaubert ou sur les préfaces, ou encore sur l'amour, Borges dit tout -le fond de sa pensée comme ce qui lui vient à l'esprit sur le moment, le plus subtil comme le plus désinvolte, le plus sérieux comme le plus badin...Répondant aux questions d'Osvaldo Ferrari, il aborde tous les sujets, communique à travers eux l'essentiel de sa réflexion sur le monde et sur les livres, et donne à l'occasion une superbe leçon de littérature.

Borges en dialogue

Borges en dialogue
de Jorge Luis Borges (Auteur), Osvaldo Ferrari (Auteur)





Poche: 220 pages
Editeur : Pocket (16 mars 1998)
Collection : Agora

Ces entretiens se sont déroulés au cours d'émissions diffusées en 1984 sur la radio argentine.Jorge Luis Borges avait alors 82 ans. En trente chapitres correspondant à autant d'émissions, Osvaldo Ferrari est parvenu à établir avec Borges la véritable complicité que permet le dialogue. Nous y retrouvons un Borges à l'esprit et à l'humour étincelants, qui nous promène dans ses voyages à travers l'espace et le temps. De la "Magna Graecia", avec Platon et Aristote, au Japon, il poursuit son inlassable questionnement sur l'identité sud-américaine, l'exil et le cosmopolitisme, sur la genèse de son écriture et de ses textes, traversés par les écrivains qu'il aime, tels Ricardo Güiraldes, Alfonso Reyes ou Macedonio Fernandez, Dante, Kafka, Kipling, Shakespeare, Wilde ou Henry James... Un ouvrage essentiel pour qui aime la littérature.

Feuilletons du samedi

Feuilletons du samedi
de Jorge Luis Borges (Auteur), Michel Bibard (Traduction)













Broché: 272 pages
Editeur : Editions du Rocher (30 septembre 2001)
Collection : Anatolia

La Revista Multicolor de los Sabados, supplément du samedi au journal Critica, paraît du 12 août 1933 au 6 octobre 1934 à Buenos Aires. Chaque semaine, Borges publie dans ce journal très populaire des notices biographiques sur des auteurs argentins ou étrangers, des textes originaux dans lesquels s'expriment déjà tous les grands thèmes borgesiens, tels ceux du « Dragon » et des « Elfes », repris dans le Manuel de zoologie fantastique et dans Le Livre des êtres imaginaires.
Les soixante et un numéros de la revue firent concurrence aux suppléments littéraires des grands journaux comme La Nacion ou La Prensa.
L'originalité absolue du projet tenait évidemment dans le défi d'intéresser et d'initier un public profane aux tours et aux détours de la littérature qui prenait forme dans ces pages. « Borges, ici, entremêle les sujets d'auteurs étrangers avec ceux des auteurs argentins. Dans ce délicat équilibre, il dessine son jardin aux sentiers qui bifurquent en une énigme qui consiste en ce que, à mesure qu'il devient plus universel et plus grand, il s'affirme comme plus argentin. Peut-être parce que, comme ce fut révélé à Tsui Pen, à la fin le labyrinthe et le livre étaient une seule figure; pour cela sans doute Borges, comme un visionnaire, put dès le début pressentir la vérité de l'expression "citoyen du monde", parce que patrie et univers fusionnent en lui, dans la compréhension, la tolérance et les rapports raisonnables entre les êtres humains » (de la préface de Maria Kodama).

Six problèmes pour don Isidro Parodi

Six problèmes pour don Isidro Parodi
de Jorge Luis Borges (Auteur) Adolfo Bioy Casares (Auteur)





Poche: 183 pages
Editeur : Editions 10/18 (21 septembre 1999)
Collection : Grands détectives

Isidro Parodi, le détective chargé de résoudre les six énigmes policières qui lui sont proposées, est lui-même en prison depuis plusieurs années.Cette solitude, cette absence au monde, renforcent en lui une clairvoyance, une sagesse retorse, une concentration qui lui permettent de débrouiller les fils enchevêtrés des affaires les plus impénétrables. Six visiteurs viennent ainsi l'un après l'autre lui exposer le mystère qui les tracasse, et, chaque fois, Parodi formulera un éblouissant diagnostic. Bonne occasion pour Borges et Bioy Casares de faire défiler devant nous une incroyable galerie de personnages prélevés dans tous les milieux argentins.
Plus d'articles (25 articles sur 2 pages):

Calendrier

Mai 2010
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Archives par mois


liens amis