S'identifier - S'inscrire - Contact

Carmen Bernand


Carmen BERNAND, née à en Argentine, est anthropologue et historienne. Elle enseigne à l’Université de Paris X-Nanterre.Ses travaux portent sur les sociétés paysannes contemporaines et les représentations culturelles des maladies et des infortunes. Elle travaille avec Serge Gruzinskki sur l’histoire du Nouveau Monde et des métissages et sur l’esclavage urbain dans les Amériques ibériques.
Carmen Bernard a obtenu son titre d’anthropologue à l’universite de Buenos Aires, en 1964, etant avec d’autres étudiants à l’origine de la création de cette specialité universitaire, en Argentine.
cette même année elle vient en France afin de commencer un doctorat sous la direction de Claude Levi Srauss. Elle présente sa thèse en 1970.


Par larouge • Bernand Carmen • Lundi 27/12/2010 • 0 commentaires  • Lu 989 fois • Version imprimable

Quetzalcoatl - le Serpent à plumes

Quetzalcoatl - le Serpent à plumes

Carmen Bernand   







  • Broché: 256 pages
  • Editeur : Larousse (17 mars 2010)
  • Collection : Dieux, mythes et héros


 
Force cosmique liée à la création du monde, Quetzalcoatl n’en finit pas de se métamorphoser : Serpent à Plumes et Homme-dieu du Mexique, prêtre-roi divinisé, hostile aux sacrifices humains, législateur, artiste et justicier… C’est sous la forme animale du Serpent à Plumes que Quetzalcoatl apparaît sur les bas-reliefs de Teotihuacan, la cité des dieux, dans l’actuel Mexique, en l’an III de notre ère. Selon la mythologie, il participa avec son rival Tezcatlipoca à l’origine du monde. Grâce à son sacrifice, il donne vie au cinquième soleil, sous lequel nous vivons aujourd’hui. C’est lui également qui descend dans l’inframonde pour voler les os des premières générations et pouvoir créer l’homme actuel. Lorsque Hernan Cortés débarque en 1519, il est pris pour Quetzalcoatl et traité comme un dieu. Par la suite, Quetzalcoatl sera identifié avec l’apôtre saint Thomas, avec le diable, ou, au début du XXe siècle, avec Emiliano Zapata. Le livre s’achève sur la récupération du prêtre-roi par la culture populaire, le New Age et la science fiction…
 


 
 
 
 

Par larouge • Bernand Carmen • Lundi 27/12/2010 • 0 commentaires  • Lu 859 fois • Version imprimable

La solitude des Renaissants: Malheur et sorcellerie dans les Andes

La solitude des Renaissants: Malheur et sorcellerie dans les Andes
de Carmen Bernand (Auteur)

Editeur : L’HARMATTAN
Collection : CONNAISSANCE DES HOMMES
Paru le : 07/01/1999

Les Renaissants, Indiens de Pindilig, village perdu des Andes équatoriennes, sont à la fois coupés de leurs racines anciennes, par une évangélisation multiséculaire, et du monde moderne par l’archaïsme de leurs coutumes.Ces hommes, accrochés aux pentes surpeuplées d’un pauvre terroir, écartelés entre leur fidélité à leur origine et leur désir d’échapper à la malédiction d’être indien, vivent avec une intensité dramatique, qui n’exclut d’ailleurs ni la tendresse ni le rire, les multiples malheurs naturels, biologiques qui s’abattent sur eux. Ils les attribuent tour à tour au châtiment de Dieu, à la malveillance des sorcières ou au retour sous une forme infernale des vieilles divinités précolombiennes qui viennent les tourmenter dans leur corps.Le langage énigmatique et riche de ces Indiens, les personnages hauts en couleur qui peuplent ces pages, la multitude d’anecdotes étonnantes, l’évocation des hautes terres andines n’appartiennent pas au domaine de la fiction. Carmen Bernand, l’auteur, a longtemps vécu parmi les Renaissants dont elle nous rend compte avec chaleur : le livre est traversé par l’expérience d’un engagement profond auprès de ces déshérités, grâce à quoi nous sont restitués avec force les événements qui scandent la vie quotidienne des Renaissants, derniers représentants d’un monde désuet où la cruauté et le merveilleux s’entremêlent de façon indissociable.


Par larouge • Bernand Carmen • Dimanche 14/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 528 fois • Version imprimable

Histoire du Nouveau Monde, tome 1

Histoire du Nouveau Monde, tome 1 :
De la découverte à la conquête une expérience européenne, 1492-1550
de Carmen Bernand (Auteur), Serge Gruzinski (Auteur)

Broché : 768 pages
Editeur : Fayard (4 septembre 1991)  

Une entreprise colossale dont on a peine à se représenter la démesure : en un demi-siècle, une poignée de conquistadores s’emparent de 2 millions de km² pour y bâtir une réplique de leur société.Les incroyables richesses qu’ils découvrent leur font vite oublier la quête des épices. Une gigantesque machine colonisatrice se met en route. La conquête de l’Amérique nous apparaît aujourd’hui comme le prélude à l’occidentalisation du monde. Mais pour ses acteurs, avides de gloire et de récompenses, elle fut d’abord un face à face quotidien avec l’inconnu. Leurs récits de voyage, leurs lettres nous montrent leur peur de se perdre, leur obsession de la nourriture qui souvent chasse celle de l’or, mais ils nous disent aussi leur émerveillement lorsqu’ils découvrent Mexico, qui leur rappelle Venise, la saveur d’un fruit exotique, le silence des mangroves du Pacifique… Tandis que les cartes se précisent, les protagonistes vieillissent : Colomb, le héros de la première heure, Cortès, le conquérant du Mexique, Pizarre, le gouverneur du Pérou, assassiné dans son palais de Lima…De ces aventures américaines, le Vieux Monde ne reçoit que des échos lointains. Il ignore tout des horreurs de la conquête, du cortège de maladies et des ravages écologiques qu’elle provoque. A défaut d’informations précises, il imagine ce Nouveau Monde peuplé de sauvages et de chimères. Qui douterait de la légitimité de la Conquête dans une Europe qui vient de chasser les Juifs et convertir les Morisques ? A l’heure où le péril turc menace l’empire de Charles Quint, l’or des Indes permettra de financer la Reconquête.L’Amérique bascule dans l’orbite occidentale, entraînant Européens, Noirs et Indiens dans la construction d’un monde nouveau.


Par larouge • Bernand Carmen • Dimanche 14/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 507 fois • Version imprimable

Histoire du Nouveau Monde, tome 2

Histoire du Nouveau Monde, tome 2
Les Métissages, 1550-1640
de Carmen Bernand (Auteur), Serge Gruzinski (Auteur)

Broché : 791 pages
Editeur : Fayard (3 novembre 1993)

Européens, Indiens, Africains et même Japonais, la diversité des peuples qui coexistèrent et s’affrontèrent dans l’Amérique du XVIe siècle illustre le brassage des populations avec lequel, depuis toujours, se confond l’histoire du monde.Quelques personnages exceptionnels incarnent les bouleversements de cette Amérique espagnole : une princesse inca qui séduit les conquistadores, un métis du Pérou venu s’installer en Andalousie où il croise Cervantès et consacre un livre à la mémoire de ses ancêtres. Ou encore ce marchand de Mexico qui écrit à son neveu de Madrid : ” Vous trouverez un peu fort mon mariage avec une Indienne. Ici ce n’est pas du tout un déshonneur, car la nation des Indiens jouit d’une haute estime.” Vision trop idyllique, certes. A preuve, les innombrables procès qui évoquent le sort réservé aux vaincus : sorcières indiennes ou mulâtresses que l’Inquisition accuse de vendre des herbes magiques, Juifs envoyés au bûcher, Noirs fuyant l’enfer des champs de canne à sucre, Indiens s’épuisant à extraire des montagnes l’argent dont l’Espagne a tant besoin. Et pourtant l’opulence de Mexico et de Lima émerveille les Européens venus bâtir une société à l’image de celle qu’ils ont laissée.En quelques années, tout se transforme, les rapports entre les êtres, les habitudes, la nourriture, mais aussi les croyances. Fascinante époque où, conscients de la fragilité de leur monde, les métis des nouvelles générations interrogent les anciens pour garder le souvenir de leurs traditions, comme si déjà ils cherchaient leurs racines. Aux frontières de ce gigantesque empire, d’autres univers émergent.Ceux qui s’y risquent connaissent un destin peu banal. Les missionnaires de la jungle brésilienne et les colons du Rio de la Plata, les pirates des Caraïbes, les aventuriers du Nouveau-Mexique en quête d’un Eldorado, les trappeurs français du Canada, les puritains de Boston vont inventer une seconde Amérique, sans savoir qu’ils construisent l’avenir du continent.


Par larouge • Bernand Carmen • Dimanche 14/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 481 fois • Version imprimable

Histoire de Buenos Aires

Histoire de Buenos Aires
 de Bernand Carmen (Auteur)

Broché : 432 pages
Editeur : Fayard (19 novembre 1997)  

A l'image du tango qu'elle a vu naître et des labyrinthes chers à Jorge Luis Borges, Buenos Aires est une ville mythique. Dès sa fondation, son histoire est jalonnée de disparitions que les légendes ou la poésie viendront combler jusqu'à se confondre avec elle. Les premiers Espagnols doivent l'abandonner en 1536, peu après l'avoir fait surgir du néant. La bourgade renaît, à l'orée de la pampa, vivant de la chasse au bétail ensauvagé et de la contrebande. Longtemps capitale des gauchos, elle devient en 1778, celle du vice-royaume du Río de la Plata, puis le berceau de la révolution des peuples sud-américains contre l'Espagne. La toute jeune capitale de l'Argentine, avec ses rues tirées au cordeau, est une ville immense, dont le rayonnement intellectuel ne s'éteindra qu'au temps des dictatures. C'est une ville cosmopolite où d'innombrables Européens cherchent à faire fortune et où toutes les races de la terre viennent se fondre. Bientôt, les enfants d'immigrés et les marginaux s'identifient à Gardel, un enfant de Toulouse, grâce auquel le tango conquiert un public international. Au fil des siècles, bien d'autres personnages charismatiques suscitent la faveur des Portègnes: San Martín le libertador, Rosas le pourfendeur de l'impérialisme européen, Evita Perón la tant aimée, Diego Maradona, idole d'une Argentine triomphante. En 1976, la ville qui avait donné à des millions d'hommes un sol et des rêves sombre dans les ténèbres. Commence alors l'opération " Grand Silence " au cours de laquelle trente mille personnes disparaissent. " Mais y a-t-il un oubli qui ne contienne un souvenir? " demande Roberto Juarroz. Les mères de la place de Mai n'oublieront jamais, elles qui pendant près de vingt ans se sont battues pour connaître la vérité. Car le voyageur qui s'enfuit tôt ou tard s'arrête en chemin et si l'oubli qui détruit tout a tué mes rêves d'autrefois, il y a cachée en moi une humble lueur la seule fortune qu'a gardée mon coeur. Volver, tango d'Alfredo Le Pera, chanté par Carlos Gardel, 1932 Parcourir Buenos Aires n'est pas marcher, c'est jouer aux dames avec ses pieds. Albert Londres, 1927 Je me précipitai dans les rues à la recherche des amis qui seraient prêts à défendre Pérón. J'ai parcouru tous les quartiers de la grande ville. C'est à cette occasion que j'ai découvert la chaîne des coeurs qui battent sous le ciel de mon pays. Eva Pérón, La Raison de ma vie, 1951 Nous sommes à la fin d'une civilisation et dans un de ses confins. Ernesto Sábato, 1973 Carmen Bernand qui a vécu vingt-cinq ans à Buenos Aires est anthropologue. Elle est l'auteur avec Serge Gruzinski de l'Histoire du Nouveau Monde (t. I: De la Découverte à la conquête; t. II: Les Métissages).


Par larouge • Bernand Carmen • Dimanche 14/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 557 fois • Version imprimable

Un Inca platonicien

Un Inca platonicien : Garcilaso de la Vega 1539-1616
 de Carmen Bernand (Auteur)

Broché: 388 pages
Editeur : Fayard (1 mars 2006)
Collection : LITT.GENE.

Quel est le lien entre les Incas du Pérou, le temple du roi Salomon, les utopies solaires de Platon, les spéculations d’un rabbin ibérique, les Romains, le socialisme et les projets messianiques ? L’œuvre de l’Inca Garcilaso de la Vega dévoile ces connexions. Né en 1 539 dans la tourmente de la conquête du Pérou, d’une princesse péruvienne et d’un conquistador apparenté à des Grands d’Espagne, Garcilaso passe ses vingt premières années dans un pays déchiré par la violence, avant de s’installer définitivement en Andalousie. C’est dans cette région marquée par le triple héritage chrétien, maure et juif, qu’il rédigera dans un castillan éblouissant une œuvre destinée à réhabiliter les Indiens d’Amérique, notamment les Incas du Pérou, et qui servit de modèle aux révolutionnaires des temps modernes. Ce livre analyse la complexité des emprunts littéraires et politiques ainsi que les identifications et les rejets d’un homme considéré comme le ” métis exemplaire “, tiraillé entre plusieurs identités conflictuelles. Homme du déracinement, de l’errance et de la mélancolie, Garcilaso réussit à inscrire les Incas des Andes dans l’histoire universelle, livrant de son peuple une image exceptionnelle qui a perduré jusqu’à nos jours.


Par larouge • Bernand Carmen • Dimanche 14/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 565 fois • Version imprimable

Les Incas, peuple du soleil

Les Incas, peuple du soleil
 de Carmen Bernand (Auteur)

Poche: 192 pages
Editeur : Gallimard (24 novembre 1988)

 
En 1527, au sud de l’isthme de Panama, les conquistadores découvrent, éblouis, une contrée aux richesses inouïes. Persuadé d’avoir trouvé l’Edorado, leur chef, Pizarro, convainc la Couronne espagnole de financer la conquête du Pérou. De retour en 1532, il met à profit la guerre fratricide qui déchire le pays. La mort du souverain, Atahualpa, scelle le destin de l’Empire inca. Les Espagnols entrent dans Cuzco et saccagent le temple du Soleil. Pendant deux siècles, l’ordre espagnol va régner sans partage sur les Cordillères. Usant tour à tour de la répression et de la persuasion, les colons s’acharnent à briser les rites et les croyances des Indiens. En 1780, encore, l’insurrection fomentée par Tupac Amaru est impitoyablement écrasée par le pouvoir colonial.Carmen Bernand fait revivre ce destin tourmenté et tragique du peuple du Soleil.


Par larouge • Bernand Carmen • Dimanche 14/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 531 fois • Version imprimable

Désirs d’ivresse: alcool, rites et dérives

Désirs d’ivresse: alcool, rites et dérives

de Carmen Bernand

Éditeur : Autrement

Collection : MUTATIONS

Genre : DOCUMENT - ACTUALITE

Présentation : Broché

L’ivresse, emplie de sensualité, évoque les grandes tablées, la fête et ses délices, la joie des retrouvailles, ou le mystère des atmosphères envoûtantes. Elle s’intègre à des pratiques qui, d’un bout du monde à l’autre, de l’Antiquité à nos jours, s’apparentent à des rites, où les communautés, quelles qu’elles soient, unissent formellement l’alcool à leur vie : événements séculiers de toute sorte, cérémonies religieuses, moments de passage, de transition… Cet ouvrage savoureux sait justement nous démontrer la variété des situations propices à l’ingestion de l’alcool, la façon dont l’acte de boire trouve un cadre - lui qui détruit les limites -, ainsi qu’une des raisons du boire, sous-jacente et récurrente : combattre la peur. L’autre valeur fondamentale de la boisson ébrieuse appartient entre autres à la table familiale, au café du coin dont le patron est si sympathique, au bistrot convivial : il s’agit de la consommation en groupe. Autour d’un verre l’on se réunit fraternellement ; l’hôte vous ouvre sa porte ; les buveurs partagent un même plaisir. C’est là qu’on doit établir une frontière avec l’addiction, l’alcoolisme, qui reste une pratique solitaire, marginalisante. Un tabou au-delà de la pure ivresse…


Viracocha, le père du Soleil inca

Viracocha, le père du Soleil inca
de Carmen Bernand


Broché: 189 pages

Editeur : Larousse (14 mars 2008)

Collection : Dieux, mythes & héros

Aux conquistadores qui le découvrent, le monde andin présente, sans pour autant les dévoiler, ses rites et ses idoles étranges - anciennes divinités que les missionnaires espagnols ne tardent pas à diaboliser tout en cherchant à en percer l’énigmatique sens. Parmi ces figures, un Créateur tout-puissant, que l’on vénère dans le temple du Soleil, près du lac Titicaca : Viracocha. Un être fabuleux, surgi, pour certains, du lac sacré, et qui prend des formes diverses, ” écume de la mer “, père du Soleil ou Maître resplendissant de la montagne d’où sont sortis les peuples - et même incarnation d’un apôtre chrétien ! En s’appuyant sur les témoignages des chroniqueurs du XVIe siècle, le récit entraîne le lecteur dans un périple plein de rebondissements sur les chemins de l’ancien empire inca. Une quête aux sources de la légende, pour débusquer, à travers maints exemples d’avatars anciens, coloniaux et modernes, les métamorphoses du vénérable dieu aux Sceptres.


Calendrier

Décembre 2010
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives par mois


liens amis