S'identifier - S'inscrire - Contact

Tomas Eloy Martinez




Thomas Eloy Martinez est né en 1934 à Tucumán en Argentine . Il est licencié en littérature espagnole et latino américaine de l'Université de Tucumán et à obtenu un master en lttérature à l'Université de Paris VII.
Journaliste argentin à La Opinión, il s’exilie en 1974 au Venezuela puis aux États-Unis où il enseigne. Il a publié des romans, des poèmes, des nouvelles, un essai sur les films de Fernando Ayala et ceux de Leopoldo Torre Nilsson et collaboré au scénario de films de René Mugica, Lucas Demare, Daniel Cherniavsky.
pour plus ample information biographique (en espagnol) :

http://www.sololiteratura.com/tom/tomsemblanza.htm


Le grand écrivain et journaliste Thomas Eloy Martinez est mort le 31 janvier 2010 d'un cancer contre lequel il luttait depuis longtemps.




Par larouge • Martinez Tomas Eloy • Lundi 06/07/2009 • 0 commentaires  • Lu 780 fois • Version imprimable

Orgueil

Orgueil
de Tomas Eloy Martinez





 
Paru le : 27/01/2004
Editeur : ROBERT LAFFONT
Collection : PAVILLONS
Caractéristiques : Broché / 280 pages

G. M. Camargo, le très redouté directeur d'un quotidien de Buenos-Aires, est obsédé par Reina Remis, une talentueuse journaliste beaucoup plus jeune que lui. Son orgueil l'aveugle : incapable de comprendre que les sentiments d'autrui n'obéissent pas à sa volonté, il se trouve entraîné dans une histoire d'amour dont il sortira transfiguré. A partir de cette intrigue classique, Tomas Eloy Martinez bâtit un puissant roman autour des thèmes du désir et du pouvoir. La corruption et l'impunité des dirigeants dans un pays en crise forment la toile de fond d'un récit dont l'imprévisible fin renvoie le lecteur à la première ligne, par un jeu de miroirs digne de Borges. Salué par la critique dès sa parution, Orgueil s'est vu décerner le prestigieux prix Alfaguara.
Traduction de l'espagnol par Isabelle Gugnon
 

 
 

Par larouge • Martinez Tomas Eloy • Lundi 06/07/2009 • 0 commentaires  • Lu 478 fois • Version imprimable

Le chanteur de tango

Le chanteur de tango
de Tomas Eloy Martinez, Vincent Raynaud (Traduction)





 
Broché: 241 pages
Editeur : Editions Gallimard (19 janvier 2006)
Collection : Du monde entier

On dit qu'il ne chante plus que dans quelques cabarets malfamés du port. On dit aussi qu'il est très malade mais qu'il chante parfois dans un vieux bar du centre-ville. Certains affirment qu'ils l'ont entendu chanter dans un square de Palerme, l'ancien quartier italien, et d'autres vont jusqu'à dire qu'il se produit inopinément sur les marchés populaires des faubourgs. Bruno Cadogan regarde perplexe la carte de Buenos Aires et essaie de déceler la logique qui commande les dernières apparitions de Julio Martel. Car ce légendaire chanteur de tango à la voix obscure et envoûtante, l'homme qui n'a jamais voulu enregistrer de disques, est bien plus qu'un mythe urbain. Martel est un artiste accompli qui ne laisse rien au hasard et qui dessine par sa présence (et son absence) une autre carte de la ville, les traits d'une énigme. Volontaire, résolu, le jeune Américain est prêt à tout pour le rencontrer et pour l'entendre chanter ces étranges morceaux dont il est le seul à connaître les paroles et le sens. Mais sa quête va le conduire là où il ne l'attend pas : au cœur même de l'insurrection populaire de 2001 qui fait chuter les présidents les uns après les autres. Bruno Cadogan se trouve ainsi emporté par le tourbillon de l'histoire dans un Buenos Aires rebelle et assoiffé de justice où la voix de Julio Martel est devenue l'un des symboles de l'espoir


existe aussi en format poche Folio

Par larouge • Martinez Tomas Eloy • Lundi 06/07/2009 • 0 commentaires  • Lu 530 fois • Version imprimable

à propos de "Le chanteur de tango"

Tomàs Eloy MARTINEZLe chanteur de tangoTraduction de Vincent RaynaudGallimard, 2006, 242 pages.
→ plus
Par larouge • Martinez Tomas Eloy • Lundi 06/07/2009 • 0 commentaires  • Lu 485 fois • Version imprimable

Le roman de Peron

Le roman de Peron
de Martinez Tomas Eloy (Auteur)






 
Broché
Editeur : Robert Laffont (12 septembre 1999)
Collection : Pavillons

21 juin 1973. A 77 ans, le général Perón entre dans son pays après dix-huit ans d'exil. Dans l'avion il relit le texte de ses mémoires auxquel il est en train de mettre la dernière main... Autour de lui s'agite une camarilla de personnages grotesques. Au sol les militants fourbissent leurs armes. Et tout finira dans un bain de sang... Le thème du dictateur vieillissant, brillamment réinventé par l'auteur de Santa Evita...

Dédicace
le 11 juin 1998
Le retour de Juan Peron en Argentine, après des années d'exil madrilène, est le retour d'un héros très fatigué. Le 20 juin 1973, une foule énorme l'attend à l'aéroport international d'Ezeiza. Dix-huit ans d'absence. Revenir, c'est vouloir remonter le cours du temps ... Le cadavre embaumé d'Evita dans une boîte au grenier ; Isabelita, la nouvelle senora, "implacable et hystérique", au pied de son lit ; le secrétaire, Lopez, derrière chaque porte, chaque geste, chaque soupir, tel un corbeau sagace, infatigable, manipulateur. Au palais de la Moncloa, l'autre dictateur, Franco, le boude. Campora, président élu, arrive à Buenos Aires pour lui passer les pouvoirs. Le rêve amer va-t-il recommencer ? Faire l'Histoire ! Peron s'embarque avec sa clique et c'est ce voyage dans le temps d'hier que l'auteur nous raconte. Par glissements successifs du délire, de la mémoire, et du décor. Le livre est magnifiquement construit, l'ombre qu'est devenu Peron titubant entre les mâchoires du temps ... Ce livre étonnant est de plus une leçon d'histoire : le pire est presque toujours sûr.
Le Figaro - Claude Michel Cluny
 

Par larouge • Martinez Tomas Eloy • Lundi 06/07/2009 • 0 commentaires  • Lu 564 fois • Version imprimable

Santa Evita

Santa Evita
de Tomás Eloy Martínez (Auteur)








 
12 septembre 1999
Éditeur : 10X18
Collection : DOMAINE ÉTRANGER
Genre : ROMAN CONTEMPORAIN
Présentation : Broché

" Je recommande aux lecteurs de se plonger dans ce livre sans hésiter et de découvrir, comme moi, les plaisirs (littéraires) de la nécrophilie.(...) Puisque tout peut faire un roman, Santa Evita aussi, mais c'est en même temps une biographie, un placard sociopolitique, un reportage, un document historique, une fantaisie hystérique, un éclat de rire surréaliste et une pièce radiophonique tendre et émouvante. On y décèle une enquête menée avec une ténacité de limier et une adresse accomplie, permettant de disposer le richissime matériel dans une structure romanesque qui tire, jusqu'à la dernière goutte, du jus des possibilités de l'anecdote.(...) Santa Evita m'a vaincu dès la première page et j'y ai cru, j'ai été ému, j'ai souffert, j'ai joui et, au fil de la lecture, j'ai attrapé des vices indignes et trahi mes plus chers principes libéraux. (...) Quand une fiction est capable de conduire à ces excès un mortel aux principes solides et aux manières austères, il n'y a pas le moindre doute : il faut l'interdire ou la lire sans perdre de temps.
Ce livre "est la reconstitution du mythe d'Eva Peron, tel que le rapportent les légendes familiales argentines, des histoires de rue, des rumeurs, des documents. Comme dans tout mythe, le lecteur peut tenir les faits pour historiques ou y voir une fiction" (dossier de presse). Celle biographie romanesque, très près de l'authentique, a recueilli les suffrages des pairs de l'écrivain, Garcia Marquez, Fuentes et Vargas Llosa.






 

Par larouge • Martinez Tomas Eloy • Lundi 06/07/2009 • 0 commentaires  • Lu 521 fois • Version imprimable

entrevista con Tomas Eloy Marinez

“Novela significa licencia para mentir”

→ plus
Par larouge • Martinez Tomas Eloy • Lundi 06/07/2009 • 0 commentaires  • Lu 773 fois • Version imprimable

après la mort de Tomas Eloy Martinez (en vo)

Desafíos literarios

 
 

 Por Claudio Zeiger

Con la muerte de Tomás Eloy Martínez probablemente se cierre uno de los capítulos más ricos y agitados acerca de las relaciones entre periodismo y literatura. Tomás mismo se amparó en la documentación, la investigación, la entrevista y los archivos para escribir sus obras mayores, La novela de Perón y Santa Evita, no –pienso ahora– por desconfianza hacia el estatuto de ficción sino por una razón extremadamente literaria, casi con tonalidad de desafío. ¿Cómo hacer una novela latinoamericana en Argentina, es decir, en el seno de la historia y la literatura argentinas? Desde luego, Tomás no iba a cometer el pecado de beber sin digerir de las fuentes del realismo mágico y lo que quedaba del boom que vio nacer y crecer siendo periodista. Pero tampoco fue ajeno a esa tradición ni insensible a una posible estética emanada de caribeñas costas.

Es –era– ocioso preguntarse si lo real maravilloso se corresponde o no con una esencia geográfica/política/temperamental criolla. Si leemos a García Márquez, la respuesta es, obviamente que no. Si leemos al Ezequiel Martínez Estrada de Radiografía de la pampa, la respuesta también es no. Si leemos al Martínez Estrada de ¿Qué es esto? ya dudamos un poco. ¿Perón dictador latinoamericano, tirano prófugo? La sombra de las novelas de dictadores, con Yo, el Supremo de Roa Bastos a la cabeza, campea sobre las páginas de La novela de Perón.

Tomás solía recurrir a la crónica para atemperar –y, frente a ciertos episodios mitológicos de nuestra política, conjurar– el aspecto “mágico” de la realidad nacional y en cierta forma echar cable a tierra a la fantasía que suele desbocarse cuando el escritor le toma el gustito a eso de hacer hablar a los muertos en las novelas históricas. Puede conjeturarse que solía recurrir a las pruebas de los archivos y a las grabaciones porque –y se nota en sus textos– le encantaba el rol del escritor-investigador, figura muy cercana a la del periodista.

Sea como fuere, nunca hubo ingenuidad en esa inclinación por la “prueba de verdad”. Y sea por periodista o por escritor, resolvió en la práctica uno de esos dilemas insolubles que suele presentar la literatura argentina en su mezcla de cruces culturales. Rompió el tabú de que sólo por la vía del realismo mágico ortodoxo (por ende: imposible de trasplantar al irrepetible “ser nacional”) se podía ligar la literatura argentina a la latinoamericana (una manera de decir que nada tenemos que ver con América latina). Decir que La novela de Perón, La mano del amo o la reciente Purgatorio nada tienen que ver con el realismo mágico o la tradición latinoamericana sería absurdo, pero innegablemente Tomás cultivó a través del ejercicio del periodismo una prosa muy diferente a los chorreos de lo real maravilloso. Parco, austero, se acercó más bien a los modos de Daniel Moyano o Héctor Tizón, grandes latinoamericanos sin pecado de regionalismo concebidos.

En esa línea, su obra fue y es muy valorable. Quizás el enorme impacto comercial –y, podría agregarse, social– de sus grandes novelas haya confundido un poco a la crítica, que enfrentó su ser periodista con su ser escritor. Cosas que pasan: prejuicios y antigüedades. Pero Tomás Eloy Martínez tuvo el gran mérito de animarse a la historia contemporánea. Lo hizo con arrogancia y responsabilidad. Lo hizo con convicción, con fe en sus ideas y muy especialmente, y quizás a contrapelo de ciertas apariencias, con fe en la literatura.


Par larouge • Martinez Tomas Eloy • Lundi 01/02/2010 • 1 commentaire  • Lu 602 fois • Version imprimable

L'écrivain Tomás Eloy Martínez est mort

L'écrivain Tomás Eloy Martínez est mort

Publié le 01 février 2010 par mmo

(Photo : Tomás Eloy Martínez ©DR)

L’auteur de Santa Evita, le roman argentin le plus traduit dans le monde, est décédé à l’âge de 75 ans des suites d’une longue maladie.

L'écrivain argentin Tomás Eloy Martínez est décédé à l'âge de 75 ans des suites d’un cancer, a indiqué le site web du journal La Nación.

Ecrivain, journaliste et professeur, il est l’auteur de Santa Evita (paru en français chez Robert Laffont), une biographie romancée de la femme de Juan Perón qui prend comme point de départ l’histoire de sa dépouille, embaumée pour être exposée à la foule puis volée par des militaires en 1955.

Tomás Eloy Martínez a également publié en France Le roman de Perón (Robert Laffont) qui raconte la vie du défunt président argentin et Le chanteur de tango, paru en 2006 chez Gallimard.

Exilé à Caracas au Venezuela pendant la dernière dictature argentine (1976-1983), il y a fondé le journal El Diario.

Ami de l’écrivain colombien Gabriel García Márquez, il a participé à la création du Mouvement pour un nouveau journalisme ibéro-américain.

Depuis 1996, il travaillait comme chroniqueur pour plusieurs grands titres de la presse internationale tels que le New York Times, El País et La Nación.
 

www.livreshebdo.fr/les-gens/actualites/l-ecrivain-tom%C3%A1s-eloy-mart%C3%ADnez-est-mort/3990.aspx



Purgatoire


 

de Tomas Eloy Martinez


  • Broché
  • Editeur : Editions Gallimard (17 mars 2011)
  • Collection : MONDE ENTIER
  •  
  • Purgatoire raconte l’histoire d’Emilia Dupuy, dont la vie s’est brisée un jour de juillet 1977, près de la ville de Tucumán, dans le nord de l’Argentine. Avec son mari Simon, cartographe comme elle, ils étaient partis en mission dans cette région lointaine pour parachever la carte d’une route
    internationale à la demande de l’Automobile Club de Buenos Aires. C’est alors qu’ils sont arrêtés
    par les militaires en raison de leurs activités « suspectes », ils détiennent en effet, pour leur travail, des cartes topographiques de toute la zone. Après avoir été détenue et torturée, Emilia est libérée par les autorités grâce à l’intervention de son père, le Docteur Dupuy, l’un des intellectuels du régime, dont les idées guident l’action de la dictature. Emilia rentre à Buenos Aires où elle pense retrouver Simon. Mais Simon ne rentrera jamais. Le calvaire d’Emilia s’étend sur plus de trente ans. Elle part chercher son mari à Rio où un témoin dit l’avoir vu ; elle parcourt les bidonvilles de Caracas et de Mexico où elle croit pouvoir retrouver sa trace. Elle n’accepte pas les conclusions de l’enquête menée par des ONG après la chute de la dictature ni les déclarations de plusieurs soldats qui ont vu le cadavre de Simon dans le patio d’une caserne. Emilia pense que son mari est toujours en vie car elle « sent » sa présence. Qui plus est, vers la fin de sa vie, elle le voit enfin et le retrouve mais comme dans un rêve, ou est-ce la projection de son esprit dérangé ? Car Emilia vit avec les démons du passé : la culpabilité d’un père qu’elle refuse de s’avouer (ce bras droit des militaires n’a eu aucun mal à faire « disparaître » son gendre, jugé « subversif »), et les cauchemars d’une époque effroyable qu’elle a vécue comme un zombi, assommée par la violence psychologique exercée par sa famille et par la société tout entière. Tomás Eloy Martínez, l’un des intellectuels argentins qui a dénoncé avec le plus de force et d’indignation les crimes de la dictature militaire de son pays, nous raconte cette histoire d’amour et d’obsession dans deux cadres temporels alternés : celui de la dictature et, trente ans plus tard, celui des derniers jours d’Emilia, devenue bibliothécaire dans une petite ville du New Jersey. La narration passe d’un contexte à l’autre, d’une époque à l’autre, et nous offre, à la fois, une fresque historique des années noires de l’Argentine et le portrait intime d’une femme seule, déséquilibrée et hantée par son passé.
     

    Biographie de l'auteur

    Romancier, journaliste, critique de cinéma, Tomás Eloy Martínez (1934-2010) fait des études de
    Lettres à l’université de Tucumán, puis à l’Université de Paris-VII. Ami de Gabriel García
    Márquez, il participe à la création du Mouvement pour un nouveau journalisme ibéro-américain.
    Pendant la dictature militaire en Argentine (1976-1983), il s’exile au Venezuela, où il fonde le
    journal El Dario. Son roman Santa Evita (1995) est le roman argentin le plus traduit dans le
    monde. De lui, les Editions Gallimard ont publié Le chanteur de tango (Du monde entier, 2006,
    Folio n° 4578).

 
 

Calendrier

Juillet 2009
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives par mois


liens amis