S'identifier - S'inscrire - Contact

Patricio Pron

 


Photo : Lisbeth Salas ©

 
Né en 1975, Patricio Pron est déjà l’auteur de plusieurs livres. Lauréat du Premio Jaén de Novela pour L’Esprit de mes pères, son travail a été salué à de nombreuses reprises. La prestigieuse revue anglaise Granta l’a du reste inclus dans les vingt-deux meilleurs jeunes écrivains hispaniques du moment. Il vit actuellement à Madrid.



 

Par larouge • Pron Patricio • Mercredi 06/02/2013 • 0 commentaires  • Lu 585 fois • Version imprimable

L'esprit de mes pères

 L'Esprit de mes pères 

Patricio Pron (Auteur), Claude Bleton (Traduction)






Par larouge • Pron Patricio • Jeudi 07/02/2013 • 0 commentaires  • Lu 562 fois • Version imprimable

à propos de "L'Esprit de mes pères"

 À la recherche de la mémoire perdue dans "L’Esprit de mes pères" de Patricio Pron

"Entre mars ou avril 2000 et août 2008, huit années de voyages au cours desquelles j’écrivis des articles et vécus en Allemagne, je consommai des drogues qui effacèrent ma mémoire, de sorte que le souvenir de cette période –tout au moins celui de quatre-vingt-quinze mois sur ces huit années- est imprécis et rudimentaire."
 
Le narrateur, jeune écrivain argentin, au chevet de son père mourant, se retrouve emporté par un besoin de savoir. Savoir qui était réellement son père et tenter de le connaître davantage à cette heure si douloureuse. 
 
A travers ce récit raconté à la première personne, le narrateur nous offre toute la sensibilité du protagoniste, ses angoisses et ses interrogations sans fin. L’écriture est percutante et le rythme soutenu, mais que de questions flottent dans la tête de ce narrateur ! 
 
Les jours défilants où son père ne donnait pas signe d’amélioration de son état de santé, le jeune écrivain se retrouva dans le bureau de cet homme qui lui semblait si étranger et qui pourtant lui avait donné la vie. C’est ainsi que tout commence : il découvre des dossiers dans lesquels son père s’était prêté à des recherches soutenues à propos de la disparition d’Alberto José Burdisso et de sa sœur Alicia Raquel Burdisso. Le protagoniste va donc mener une enquête sur les propres enquêtes de son père. 
Pourquoi avait-il fait toutes ces recherches ? Pourquoi précisément ces deux personnes ? 
Comment avaient-elles disparu ?
 
L’Esprit de mes pères est le récit d’investigations poussées, à la recherche des réponses qui taraudent plus qu’une famille, un peuple entier. Il s’agit en réalité d’une fiction basée sur des faits réels, qui ont traumatisé toute une génération en Argentine. Deuxième moitié du XXe, le pays est brisé par la Révolution et le retour du général Juan Perón. Entre exilés politiques, fusillés et les « disparus »,la guerre sale a ravagé les terres et les esprits. Le narrateur semble bouleversé et oscille entre rêve et réalité, présent et fiction, aussi le lecteur est-il balancé entre les incises métalittéraires, qui bientôt le perdront également, ne sachant plus ce qui tient de la raison et ce qui tient de la folie.
 
"Survint alors l’inattendu : ce dont j’avais essayé de ne pas me souvenir me tomba dessus avec une intensité inouïe, non plus de biais, comme les photographies floues que j’aurais rassemblées uniquement pour les ignorer, pour savoir que j’en disposais sans jamais avoir à les regarder, mais de face, avec la force dévastatrice du camion de pompiers que je voyais parfois quand j’avais forcé sur les comprimés."
 
L’écriture est appréciée ici comme une force de témoignage, en vue de laisser l’empreinte d’un souvenir qui s’estompe avec le temps, afin que les « disparus »ne tombent pas dans l’oubli. "[…] je me dis que j’allais écrire cette histoire, parce qu’on ne devait pas oublier ce que mes parents et leurs camarades avaient fait, parce que j’étais le produit de leurs actes, parce que leurs actes méritaient d’être racontés."
Il y a une prise de conscience indéniable de la part du narrateur, qui se sent concerné par l’Histoire et par ce devoir de mémoire. La mort est quelque chose qui nous sépare physiquement des êtres qui nous sont chers mais qui nous plonge toujours dans un profond besoin de savoir, sans doute pour nous déculpabiliser et tenter de nous défaire de cette douleur irrémédiable. Il me vient les derniers mots de Simone de Beauvoir dans Une mort si douce "Tous les hommes sont mortels : mais pour chaque homme sa mort est un accident et, mêmes s’il la connaît et y consent, une violence indue."
 
Patricio Pron nous plonge ainsi dans une période meurtrie, dont les mots ne sont que le simple reflet d’une mémoire défaillante, qu’on ne sait dresser.
Si je n’avais qu’une chose à dire : ne lâchez pas en cours de route !
 


Par larouge • Pron Patricio • Jeudi 07/02/2013 • 0 commentaires  • Lu 523 fois • Version imprimable

à propos 2 de "L'Esprit de mes pères"

 enfance sous dictature argentine

10/01/2013
par Catherine Airaud

 Critique
La littérature argentine connaît un essor dans l'édition français et l'on peut découvrir de nombreux auteurs et styles littéraires. De nouveaux jeunes auteurs sont actuellement traduits et nous pouvons ainsi découvert une littérature argentine variée. Cette nouvelle génération écrit sur leur vie et en particulier leur enfance et souvent sur la fin des idéaux de leurs parents.
J'ai lu et apprécié les ouvrages de Laura Alcoba, dont les parents faisaient partie des Monteneros et qui a eu une enfance clandestine. 
Ces romans abordent le sujet des questionnements individuels et intimes face à l'Histoire avec un grand H, des histoires personnelles, quotidiennes, intimes sous les dictatures latino américaines.
Ce roman de Patricio Pron nous fait écho aussi face à l'actualité très récente, avec la tenue actuelle de procès sur ces périodes troubles de la société argentine.
Bien sûr, tout le monde a entendu parler des femmes de la Place de Mai, ces femmes, mères, épouses, sœurs se rassemblaient et se rassemblent périodiquement sur la fameuse place pour enfin savoir où sont passés de nombreux disparus sous la dictature.
Mais il y a aussi maintenant une littérature sur ceux qui n'ont pas disparu et qui ont vécu, dans la clandestinité ou pas d'ailleurs, sous ces dictatures. Les enfants de cette époque ont grandi et prennent la plume pour narrer leur quotidien d'enfant. Ils tentent de comprendre, de déchiffrer certains comportements de la vie quotidienne, ils essaient de comprendre certains comportements de leurs parents, certains non dits de ces êtres qui vivaient dans la déception et l'échec de leurs idéaux sociaux et politiques.
Patricio Pron a écrit un livre intime et personnel. 
Le narrateur vit en Allemagne et est atteint d'amnésie. Il doit rentrer à Buenos Aires car son père est à l'hôpital et toute la famille est à son chevet. Le passé de ses parents et les souvenirs de son enfance vont alors resurgir.
J'ai beaucoup aimé les questionnements de l'auteur-narrateur et surtout les petits détails de la vie quotidienne qui lui reviennent en mémoire et qui explique les sentiments de ses parents. Par exemple, avant de partir à l'école tous les matins, le père sortait en premier, faisait démarrer la voiture, puis les enfants le rejoignaient. Les enfants pensaient que c'était une simple lubie du père alors que c'était une mesure de prudence, car journaliste, il avait toujours des menaces et une bombe aurait pu se trouver sous la voiture, un matin. Ces " petits détails " de la vie quotidienne et de la préservation relative apportée aux enfants nous fait ressentir de façon subtile, le climat difficile de la vie sous une dictature militaire, que l'on soit clandestin ou qu'on essaie d'être un citoyen lambda. 
Ce livre est aussi un hommage au père et à son histoire, même si celui-ci ne l'a jamais raconté à son fils. Avec des chapitres dignes d'un roman policier, on va apprendre à connaître le passé militant de ce père et la vie de cette famille pendant la dictature.
Un beau livre sur l'Histoire à traves des histoires personnelles et intimes. 

source: http://www.myboox.fr/chronique/detail/enfance-sous-dictature-argentine-50413.html


 

Par larouge • Pron Patricio • Jeudi 07/02/2013 • 0 commentaires  • Lu 509 fois • Version imprimable

Calendrier

Février 2013
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728   

Archives par mois


liens amis