S'identifier - S'inscrire - Contact

Juan Rodolfo Wilcock

 


Juan Rodolfo Wilcock est né le 17 avril 1919 à Buenos Aires, d’un père anglais et d’une mère italienne. Il achève des études d’ingénieur et, en même temps, publie des recueils de poèmes, le premier en 1940, puis en s’auto-éditant en 1945. Il rencontre Borges, Bioy Casares et Silvina Ocampo ; il voyagera plus tard avec les deux derniers et écrira avec Silvina Ocampo. En dehors de l’espagnol, il pratique couramment l’anglais, le français et l’italien, et il apprend l’allemand pour traduire Kafka — son œuvre de traducteur, à partir de 1945, est considérable. Après plusieurs séjours en Europe, pour fuir la dictature de Peron, il finit par s’installer en Italie, en 1957 ; il y restera jusqu’à sa mort le 16 mars 1978. Il poursuit alors son œuvre en italien, notamment en publiant des nouvelles et des essais, et il continue son travail de traducteur (Beckett, Flaubert, Joyce, Shakespeare, Genet, etc). Il se lie à Elsa Morante, Bompiani, Moravia, etc.
Par larouge • Wilcock Juan Rodolfo • Samedi 20/02/2010 • 0 commentaires  • Lu 771 fois • Version imprimable

Le stéréoscope des solitaires


Le stéréoscope des solitaires
Juan Rodolfo Wilcock, André Maugé




 
Editeur Gallimard
Date de parution 14/06/2007
Collection Imaginaire



Soixante-cinq morceaux caractérisés par leur extrême brièveté. Soixante-dix personnages sans aucun rapport entre eux composent ce stéréoscope. Aux détours des pages, on rencontre un centaure famélique qui peint des natures mortes oniriques ; une poule lectrice de maison d’édition qui mange les manuscrits qu’elle n’aime pas ; un couple d’amants décidés à ne plus sortir du lit, et qui, insensiblement, passe des caresses au cannibalisme ; Méduse, poétesse malheureuse, si méchante qu’elle ne veut pas se tuer, pour pouvoir au moins se punir elle-même… Poète de l’absurde, Wilcock nous dépeint un bestiaire fantastique avec un humour noir et troublant, dans une écriture toujours parfaitement élégante ; où la surprise est toujours présente, l’inspiration toujours neuve, le plaisir toujours différent.
 

Par larouge • Wilcock Juan Rodolfo • Samedi 20/02/2010 • 0 commentaires  • Lu 699 fois • Version imprimable

à propos de le stereoscope des solitaires

→ plus
Par larouge • Wilcock Juan Rodolfo • Samedi 20/02/2010 • 0 commentaires  • Lu 823 fois • Version imprimable

Calendrier

Février 2010
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Archives par mois


liens amis