S'identifier - S'inscrire - Contact

Aurora Venturini




 
Aurora Venturini est née à 1922 en La Plata, Buenos Aires, Argentine.
Elle a étudie philiosophie et lettres de l'éducation à l'université nationale de La Plata. Elle a éte conseillère à l'institut de Psychologie et réeducation des mineurs. C'est là qu'elle a fait la connaissance de Eva Peron, de qui elle fut une amie intime et avec qui elle a travaillé.


En 1948 elle reçoit des mains de Jorge Luis Borges, le Premio Iniciacion pour "El Solitario". Elle a fait partie des Editions del Bosque de La Plata, avec Maria Dhialma Tiberi et d'autres grands écrivais de cette ville.
Elle a étudié la psychologie à l'université de Paris, ville où elle s'est auto-exilée pendant 25 ans, apré la Revolution Liberatodora.


A Paris elle a vecu en companie de Violette Leduc et s'est liée d'amitié avec Jean-Paul Sarte, Simone de Beauvoir, Albert Camus, Eugène Ionesco et Juliette Greco. En Sicile elle a fréquenté Salvatore Qiasimodo. Elle a été marié à l'historien Fermin Chavez. A éte professeur de philosophie à l'école normale de Banfield (prov. de Buenos Aires) Elle a traduit et écrit des éssais critiques sur Isidore Ducasse: comte de Lautréamont, François Villon et Arthur Rimbaud, traductions pour les quelles elle a reçu "la Croix de Fer" donnée par le gouvernement français. En 2007 elle a reçu el Premio de Nueva Novela Pagina 12 pour son livre Les Cousines.

Par larouge • Venturini Aurora • Jeudi 14/01/2010 • 0 commentaires  • Lu 917 fois • Version imprimable

Les cousines

Les cousines

de Aurora Venturini (Auteur), Marianne Millon (Traduction)





 

Broché: 172 pages
Editeur :
Robert Laffont (14 janvier 2010)
Collection : Pavillons


Vulnérable, belle et mélancolique, dyslexique, un brin autiste, Yuna tient son journal de 12 à 20 ans. Avec une sensibilité crue et beaucoup d’humour noir, elle décrit la vie d’une famille argentine des années 40, un peu démente : mère, sœur, tantes, cousines — toutes souffrent d'un retard mental et de handicaps à des degrés divers. Mariages ratés ou endogames, romances brèves et scandaleuses, sexualité violente, morts prématurées, impossibilité de l’amour, du partage et de la transmission… La vie révèle ici mille trahisons et déceptions, comme une farce cruelle et décapante dont Yuna est l’observateur innocent.
Au milieu de cette parade monstrueuse, Yuna montre très tôt des dons exceptionnels en peinture. Mais dans sa famille, personne n’en comprend la valeur et la signification ; elle reste une « idiote ». Pourtant Yuna est une promesse, la promesse d’une résurrection possible à travers la création : elle sublime l’abjection, recrée le monde qui l’entoure, transforme les événements sombres en des figures de plus en plus colorées et précieuses, et un génie insoupçonné s’affirme.
Elle entre aux Beaux-Arts à 14 ans. Soutenue par son professeur, avec lequel elle entretient une amitié ambiguë, elle participe à d’importantes expositions qui la font connaître du grand public. Au fil des pages et des années, tandis que les événements tragiques et les morts se succèdent autour d’elle, Yuna devient un peintre célèbre, apprend à surmonter ses handicaps et à maîtriser le langage, se donne enfin le destin qu’on lui refusait. Une fois affranchie de tout lien avec sa famille, ayant abrogé le passé, elle connaît une nouvelle naissance et une nouvelle liberté.

 


Par larouge • Venturini Aurora • Jeudi 14/01/2010 • 0 commentaires  • Lu 760 fois • Version imprimable

à propos de "Les cousines"

samedi 23 janvier 2010

→ plus
Par larouge • Venturini Aurora • Mercredi 03/02/2010 • 0 commentaires  • Lu 786 fois • Version imprimable

Calendrier

Janvier 2010
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives par mois


liens amis