S'identifier - S'inscrire - Contact

Martin Caparros




Martin Caparros est né à Buenos Aires en 1957. Il a commencé sa carrière journalistique dans le désormais disparu diario de las noticias, en 1973. Entre 1976 et 1983 il s’est exilé à Paris ( où il a obtenu une licence en histoire, à la Sorbonne) et puis à Madrid. Il a été journaliste sportif, de tauromachie, culturel, gastronomique, politique, et policier dans la presse ecrite, radiophonique et televisuelle. Ses articles parecen dans divers medias américaines et européennes. Il a dirigé des mensuels tels que El Porteño, Babel, Pagina/30, Sal et Pimiente et Cuisines & Vins.
Il a publié une douzaine de romans, livres de voyage et essais parmi lesquels No velas a tus muertos (roman, 1986) et La Historia (roman, 1999).
Il a publié recemment, en collaborations avec Eduardo Anguita, une œuvre monumentale en trois tomes sur la militance révolutionnaire des années soixante-dix : La voluntad.
Enfin reconnu en France, les éditions Fayard publient en mai 2008, Valfierno.


Par larouge • Caparros Martin • Vendredi 06/12/2013 • 0 commentaires  • Lu 1368 fois • Version imprimable

Living

 Living
Martín Caparrós (Auteur), Isabelle Gugnon (Traduction)






  • Broché: 556 pages
  • Editeur : Buchet-Chastel (22 août 2013)
  • Collection : LITT ETRANGERE
  • Living est un roman foisonnant, qui tisse à l'envie plusieurs fils narratifs pour mieux explorer l'inépuisable thème qui le traverse : la mort. Au coeur du livre, il y a le destin de Nito raconté à la première personne. Commencées avant même sa conception, son histoire et celle de ses parents constituent en creux une chronique de l'Argentine des trente dernières années. L'enfance et l'adolescence de Nito, la galerie de personnages qui l'entourent, le rapport fusionnel à la mère, les premiers émois mais aussi la place de la télévision dans le quotidien latino-américain ou encore le choc de la guerre des Malouines y sont admirablement décrits, dans une langue riche, envoûtante. Nito est un enfant à part, né le jour de la mort de Perrin et marqué par la disparition précoce de son père. De ce traumatisme naîtra une passion macabre qu'il canalisera en devenant prédicateur pour un gourou évangéliste. Ensemble, ils finiront par fomenter un délirant projet : faire embaumer les morts de sorte qu'ils puissent rester à nos côtés pour l'éternité. A cette trame narrative vient se superposer un autre récit en italique, qui prendra corps et sens au fil des pages : on y retrouve Nito dans le présent, dialoguant avec des marginaux, d'étranges amis, sur l'art et l'évolution de la société. Commencé comme un roman d'apprentissage moderne, le récit construit par enchâssements évolue vers une fresque à la construction subtile : jouant sans cesse sur les rapports de la fiction et de la réalité et les strates du récit, Martin Caparros bouscule toutes les attentes du lecteur en inversant les équilibres du texte : le récit d'apprentissage devient peu à peu une sorte de biographie contenue dans le roman en train de s'écrire : les circonvolutions de la destinée de Nito prennent tout leur sens lorsqu'elles rejoignent celles de l'Argentine contemporaine, dans un final aussi burlesque que macabre. Délicieusement obscène, admirablement écrit, Living est au fond un grand roman politique, une charge contre l'Argentine des trente dernières années, sa difficulté à affronter un passé extrêmement noir, celui de la dictature, autant que les frasques ultra-libérales de ses dirigeants.
  •  

Par larouge • Caparros Martin • Mardi 03/12/2013 • 0 commentaires  • Lu 647 fois • Version imprimable

à propos de Martin Caparros par Alan Pauls (espagnol)

→ plus
Par larouge • Caparros Martin • Dimanche 20/06/2010 • 0 commentaires  • Lu 658 fois • Version imprimable

Valfierno

Valfierno
De Martin Caparros





Éditeur : Fayard, Paris
Paru le : 14 Mai 2008
Collection : Littérature étrangère
Reliure : Broché, 400 pages

Enquête d'un journaliste sur l'homme aux multiples vies et identités qui a volé la Joconde en 1911. Bollino, dit Juan Marie, Enrique Bonaglia ou marquis de Valfierno, a vécu en Argentine avant de partir pour l'Europe. Eduqué dans une école religieuse, il a été proxénète, gigolo, s'est intéressé à l'anarchisme avant de devenir marchand d'art spécialisé dans les faux. Prix Planeta 2004.

Le 21 août 1911, au musée du Louvre, a lieu le vol du tableau le plus célèbre du monde : la Mona Lisa. Malgré les recherches de la police dans Paris, puis dans la France entière, le coupable reste introuvable. Qui est-il ? Valfierno raconte la vie de Bollino, alias Juan Maria, alias Enrique Bonaglia, ou encore marquis de Valfierno, de son enfance trouble en Argentine aux frasques de sa vie d'adulte en Europe. Autant de noms que de métamorphoses complètes chez ce personnage qui, en même temps que son identité, modifie ses activités, son comportement, et même son regard sur le monde. Tout à tour élevé dans une école religieuse, comptable dans une maison close, anarchiste, gigolo, commerçant dans une échoppe à proximité de Buenos Aires, il devient escroc et se lance dans la vente de fausses oeuvres d'art. C'est sous l'identité de l'extravagant Valfierno qu'il réalise son coup de maître : la parfait exécution du vol, doublé de l'arnaque du siècle.

 

 


Par larouge • Caparros Martin • Samedi 20/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 593 fois • Version imprimable

"Valfierno" presenté par Fayard

Martin Caparros,

Valfierno

Traduit de l’espagnol par Eduardo et Alexandra Carrasco

Attachée de Presse : Dominique Fusco

Né en 1957 à Buenos Aires, Martín Caparrós, écrivain, journaliste, est l’auteur de plusieurs romans et essais.

 

Valfierno a été récompensé par le prix Planeta 2004.

Paris, 1911, alors que la Belle Époque est à son apogée, la Mona Lisa est volée au musée du Louvre. Malgré les recherches de la police dans Paris, puis dans la France entière, le coupable reste introuvable. Qui est-il ?

Biographie romancée,

 

Valfierno, raconte la vie de Bollino, alias Juan Maria, alias Enrique Bonaglia, ou encore marquis de Valfierno, à partir de son enfance en Argentine jusqu’à sa vie adulte en Europe. Autant de noms que de métamorphoses complètes chez ce personnage qui, en même temps que son nom, modifie ses activités, son comportement et même son regard sur le monde. Successivement élève dans une école religieuse, proxénète, anarchiste, gigolo, commerçant dans une échoppe à proximité de Buenos Aires, il devient escroc et se lance dans la vente de fausses oeuvres d’art. C’est sous sa dernière identité, Valfierno, qu’il vole la Joconde pour en vendre plusieurs copies parfaites réalisées par l’un de ses complices.

Au-delà de l’anecdote, Martín Caparrós cherche à percevoir la manière dont s’opèrent les métamorphoses de son héros. Pour y parvenir, il fait intervenir un journaliste qui pose des questions aux uns et aux autres, et surtout au principal intéressé, le laissant errer au fil de sa biographie pour tenter de démonter le processus de la transfiguration elle-même.


Par larouge • Caparros Martin • Samedi 20/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 699 fois • Version imprimable

Calendrier

Décembre 2013
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Archives par mois


liens amis