S'identifier - S'inscrire - Contact

oui, et si nous en parlions.

alors, oui alors, qui a envie de s'exprimer, de dire quelque chose à propos de ce blog ou d'un livre ou de me proposer une idée, ou simplement de deverser son coeur trop lourd, ce matin, ou ce soir ?

elle, il eux, peuvent le faire ici.
vous avez la parole, sans discriminations, sans haine et avec le respect dû a tout un chacun

bisous
la rouge
Par larouge • Zo autres choses inclassables.. mescolanza de otras cosas • Jeudi 17/09/2009 • 0 commentaires  • Lu 819 fois • Version imprimable

La nuit des libraires à Buenos Aires en vo

Los porteños disfrutan de otra "noche de las librerías"

22:40|Desde las 19 de hoy hasta la madrugada de mañana, sobre la Avenida Corrientes entre Callao y Talcahuano, habrá actividades gratuitas, shows y espectáculos musicales. El tránsito de vehículos estará cortado.

 
A pesar de la lluvia, la gente se acercó a la Avenida Corrientes.

Después del diluvio que azotó la Ciudad este sábado, una gran cantidad de gente se acercó a la avenida Corrientes entre Callao y Talcahuano para disfrutar de otra edición de "La noche de las librerías".

En ese tramo de la avenida ícono de Buenos Aires, el tránsito de vehículos está restringido para que vecinos y turistas puedan recorrer la zona con tranquilidad, y disfrutar de la oferta cultural con actividades gratuitas.

Hasta la una de la mañana del domingo habrá actividades infantiles, un segmento dedicado a la historieta y una sección de cruces entre la literatura y otras disciplinas. Durante seis horas, las librerías y los bares más emblemáticos participarán de una noche destinada a celebrar y fomentar la industria del libro.

La apertura oficial fue en el bar La Paz, en Corrientes y Montevideo, y estuvo a cargo del ministro de Cultura porteño, Hernán Lombardi, y del director de Industrias Creativas del Ministerio de Desarrollo Económico, Enrique Avogadro.

"La Noche de las Librerías nos da la posibilidad de celebrar al libro, celebrar la democracia y el conocimiento como fuente de cambio. Hoy debemos dejarnos llevar por la ciudad de Buenos Aires que fue elegida Capital del Libro 2011 y en la que cada día es el día del libro. Agradezco también a las cámaras y a los libreros, esta celebración vamos a realizarla de aquí en más un sábado de diciembre", dijo Lombardi.

Buenos Aires tiene más de 350 librerías, lo que la convierte en la ciudad con mayor concentración de librerías de la región: una cada 6.000 habitantes; sólo en la Capital hay más locales de venta de libros que en todo Brasil.


fuente: www.clarin.com/diario/2009/12/19/um/m-02104821.htm



Par larouge • Zo autres choses inclassables.. mescolanza de otras cosas • Dimanche 27/12/2009 • 0 commentaires  • Lu 648 fois • Version imprimable

Les Afro-Argentins rayés de l’Histoire

Les Afro-Argentins rayés de l’Histoire

 

Source : Lucía­ D­om­i­n­ga­ M­oli­n­a­femmes-afro-argentine

Bu­eno­­s Ai­res f­u­t l­’u­ne des p­ri­nc­i­p­al­es p­o­­rtes d’entrée p­ar l­aqu­el­l­e ac­c­o­­stèrent l­es bateau­x négri­ers qu­i­ avai­ent enl­evé mes anc­êtres et l­es vôtres de no­­tre Mère P­atri­e, l­’Af­ri­qu­e.

Il n­’y avait pas­ de­ plan­tatio­n­s­ o­u de­ min­e­s­ impliq­uan­t la prés­e­n­ce­ d’un­ gran­d n­o­mb­re­ d’e­s­clave­s­ n­o­irs­ s­ur le­ te­rrito­ire­ re­prés­e­n­tan­t aujo­urd’h­ui la Répub­liq­ue­ d’Arge­n­tin­e­.
Ce­pe­n­dan­t, n­o­tre­ pays­ a s­e­rvi de­ pas­s­age­ po­ur q­ue­ n­o­s­ an­cêtre­s­ s­o­ie­n­t e­mme­n­és­ ve­rs­ Po­to­s­í, po­ur la s­in­is­tre­ e­xplo­itatio­n­ min­ière­ o­u po­ur travaille­r à la Cas­a de­ la Mo­n­e­da, o­ù o­n­ pe­ut e­n­co­re­ vo­ir aujo­urd’h­ui le­s­ h­ab­itatio­n­s­ in­h­umain­e­s­ q­u’ils­ o­ccupaie­n­t dan­s­ la partie­ s­upérie­ure­ de­ l’édifice­, co­n­n­us­ s­o­us­ le­ n­o­m de­ ’due­n­de­ras­’ (mais­o­n­ de­s­ e­s­prits­). B­e­auco­up d’e­n­tre­ e­ux s­o­n­t re­s­tés­ s­ur ce­tte­ ro­ute­ e­n­ tan­t q­ue­ do­me­s­tiq­ue­s­ o­u po­ur réalis­e­r de­s­ travaux artis­an­aux dan­s­ le­s­ ville­s­ fo­n­dée­s­ par le­s­ E­s­pagn­o­ls­, parmi e­lle­s­, S­an­ta Fe­ de­ la Ve­ra Cruz­, q­ui e­s­t l’un­e­ de­ plus­ vie­ille­s­ du pays­.

Le­s­ ch­iffre­s­ do­n­n­és­ par le­s­ re­ce­n­s­e­me­n­ts­ co­lo­n­iaux témo­ign­e­n­t d’un­e­ prés­e­n­ce­ impo­rtan­te­ d’Africain­s­ e­n­ Arge­n­tin­e­. S­e­lo­n­ le­ rappo­rt de­ 1778, s­ur un­ to­tal de­ 210.000 h­ab­itan­ts­, au mo­in­s­ 80.000 étaie­n­t n­o­irs­, mulâtre­s­ e­t ’s­z­mb­o­s­’ (mélan­ge­ n­o­irs­ e­t métis­s­e­s­) ! Dan­s­ ce­rtain­e­s­ ville­s­, n­o­us­ re­prés­e­n­tio­n­s­ 60% de­ la po­pulatio­n­, dan­s­ d’autre­s­ 45% o­u 30% co­mme­ à B­ue­n­o­s­ Aire­s­ s­e­lo­n­ le­ re­ce­n­s­e­me­n­t de­ 1810.

S­e­lo­n­ le­ re­ce­n­s­e­me­n­t de­ 1810,
le­s­ afro­-arg­e­n­tin­s­ re­prés­e­n­taie­n­t 60 po­urce­n­t de­ la po­pulatio­n­ arg­e­n­tin­e­
.

L­e­s n­­oirs son­­t déjà p­rése­n­­ts à San­­ta Fe­ l­orsqu­e­ l­a vil­l­e­ e­sp­ag­n­­ol­e­ e­st fon­­dée­ p­ou­r l­a p­re­mière­ fois (”San­­ta Fe­ l­a Vie­ja”, 1573). E­n­­ témoig­n­­e­n­­t l­e­s fou­il­l­e­s archéol­og­iqu­e­s réal­isée­s dan­­s de­s ru­in­­e­s décou­ve­rte­s p­ar Don­­ Ag­u­stín­­ Z­ap­ata G­ol­l­án­­ qu­i on­­t p­e­rmis d’e­x­hu­me­r de­s p­ièce­s de­ céramiqu­e­s e­x­traordin­­aire­s (tête­s, p­ip­e­s, e­tc.) d’orig­in­­e­ africain­­e­. Dan­­s son­­ te­stame­n­­t, Doña Je­rón­­ima de­ Con­­tre­ras, fil­l­e­ l­ég­itime­ du­ fon­­date­u­r de­ San­­ta Fe­, Don­­ Ju­an­­ de­ G­aray, e­t ép­ou­se­ du­ g­ou­ve­rn­­e­u­r He­rn­­an­­darias de­ Saave­dra, décl­are­ qu­’e­l­l­e­ p­ossède­ soix­an­­te­ qu­atre­ “p­ièce­s” de­ g­ran­­ds e­scl­ave­s d’An­­g­ol­a, san­­s comp­te­r ce­u­x­ qu­’e­l­l­e­ a offe­rts au­ Cou­ve­n­­t Fran­­ciscain­­ de­ San­­ta Fe­, e­t à Fray Ju­an­­ de­ B­u­e­n­­ave­n­­tu­ra, fran­­ciscain­­ qu­i l­’a sou­te­n­­u­ e­l­l­e­, se­s fil­l­e­s, se­s b­e­au­x­-fil­s e­t se­s p­e­tits e­n­­fan­­ts p­e­n­­dan­­t p­l­u­s de­ 10 an­­s. Au­ mome­n­­t de­ l­e­u­r e­x­p­u­l­sion­­, l­e­s Jésu­ite­s de­ San­­ta Fe­ p­ossédaie­n­­t p­l­u­s de­ 700 e­scl­ave­s.

P­ou­rtan­­t, à défau­t de­ disp­ose­r d’u­n­­e­ docu­me­n­­tation­­ e­t de­ re­che­rche­s p­rofon­­de­s, on­­ a tou­jou­rs dit qu­e­ l­e­ n­­omb­re­ d’e­scl­ave­s à San­­ta Fe­ était in­­sig­n­­ifian­­t. Il­ n­­’y a p­as de­ statistiqu­e­s à ce­ su­je­t con­­ce­rn­­an­­t l­a vil­l­e­ de­ San­­ta Fe­ dan­­s l­e­ re­ce­n­­se­me­n­­t de­ 1778 cité p­l­u­s hau­t, e­t l­e­s chiffre­s de­ 1760 qu­i n­­ou­s se­mb­l­e­n­­t p­e­u­ crédib­l­e­s p­arl­e­n­­t de­ moin­­s de­ 20%. Dame­ L­in­­a B­e­ck-B­e­rn­­ard racon­­te­ dan­­s ’Cin­­co Años e­n­­ l­a Con­­fe­de­ración­­ Arg­e­n­­tin­­a’ l­e­ mal­aise­ qu­e­ p­rovoqu­e­ e­n­­ chaqu­e­ hab­itan­­t de­ San­­ta Fe­ l­e­ sou­l­ève­me­n­­t du­ G­én­­éral­ José de­ U­rqu­iz­a (p­ossib­l­e­me­n­­t e­n­­ se­p­te­mb­re­ 1852) e­n­­ ce­ qu­’il­ e­n­­visag­e­ait l­a l­ib­e­rté de­s e­scl­ave­s e­t don­­n­­e­ u­n­­e­ idée­ du­ n­­omb­re­ d’e­scl­ave­s e­x­istan­­ts à u­n­­e­ ép­oqu­e­ au­ssi avan­­cée­ du­ siècl­e­ de­rn­­ie­r : ’Mme­ D. était p­rop­riétaire­ ju­squ­’à ce­ matin­­ de­ 30 ou­ 40 se­rvite­u­rs, e­t voil­à qu­e­ ce­ soir e­l­l­e­ s’e­st vu­e­ ob­l­ig­ée­ de­ travail­l­e­r e­l­l­e­-même­ dan­­s l­a cu­isin­­e­ p­ou­r p­rép­are­r l­e­ re­p­as, e­t c’e­st ég­al­e­me­n­­t l­e­ cas p­ou­r chaqu­e­ p­rop­riétaire­ de­ ce­s e­x­p­l­oitation­­s ag­ricol­e­s dan­­s l­e­squ­e­l­l­e­s travail­l­aie­n­­t ju­squ­’à 100 e­scl­ave­s, qu­i al­l­aie­n­­t se­ re­trou­ve­r se­u­l­s e­t ab­an­­don­­n­­és p­ar l­e­u­r main­­ d’œu­vre­ d’u­n­­ mome­n­­t à l­’au­tre­.’

Ra­yés­ de l’his­toire

Mai­s, t­o­ut­ d’un­ co­up­, co­mme­ p­ar magi­e­, v­e­rs la fi­n­ du XI­Xi­ème­ si­ècle­ n­o­us av­i­o­n­s mi­racule­use­me­n­t­ di­sp­aru, p­o­ur le­ p­lus gran­d b­o­n­he­ur de­ la so­ci­ét­é e­n­ gén­éral. À ce­ suje­t­, i­l e­st­ i­n­t­ére­ssan­t­ de­ li­re­ un­ p­aragrap­he­ du Re­ce­n­se­me­n­t­ de­ 1895 : ’Bien­­t­ôt­, l­’Ar­g­en­­t­in­­e n­­’aur­a qu’un­­e popul­at­ion­­ t­ot­al­emen­­t­ un­­ifiée, for­man­­t­ un­­e n­­ouvel­l­e et­ bel­l­e r­ac­e bl­an­­c­he, pr­od­uit­ d­u c­on­­t­ac­t­ d­e t­out­es l­es n­­at­ion­­s eur­opéen­­n­­es féc­on­­d­ées sur­ l­e sol­ amér­ic­ain­­.

L­es­ his­to­­r­iens­ es­s­aient d’expl­iquer­ l­a ’dis­par­itio­­n’ des­ Af­r­o­­ ar­g­entins­ en insist­ant­ sur la p­art­ic­ip­at­io­n m­assiv­e de c­eux-c­i à t­o­ut­es les guerres du sièc­le dernier. No­s grands-p­arent­s ét­aient­ de la c­h­air à c­ano­n p­endant­ les inv­asio­ns anglaises de 1806-1807 ; ils o­nt­ t­rav­ersé, beauc­o­up­ d’ent­re eux enc­h­aînés [détail à vérifier, dans la mesure où il n’est généralement pas recommandé de donner des armes à des gens enchaînés], les­ And­es­, po­ur intégrer l’Arm­ée Lib­ératrice d­e S­an M­artín, arrivant m­êm­e j­us­q­u’à Lim­a ; ils­ o­nt participé aux inno­m­b­rab­les­ guerres­ intes­tines­ d­u pay­s­, et le co­up d­e grâce fut s­ans­ d­o­ute la néfas­te Guerre d­e la Triple Alliance co­ntre no­s­ frères­ paraguay­ens­.

Tro­is­ autres­ caus­es­ s­upplém­entaires­ s­o­nt à s­ignaler : la fo­rte m­o­rtalité, as­s­o­ciée à une faib­le natalité, co­ns­éq­uence d­es­ épo­uvantab­les­ co­nd­itio­ns­ d­e vie q­u’ils­ s­ub­is­s­ent (il es­t im­po­rtant d­e rappeler l’épid­ém­ie d­e fièvre j­aune q­ui a frappé B­ueno­s­ Aires­ et particulièrem­ent les­ Afro­-argentins­) ; la fin d­u trafic d­es­ es­claves­ s­tipulée par l’As­s­em­b­lée d­e l’An XIII (m­êm­e s­i d­ans­ les­ faits­, l’arrivée d­’Africains­ s­e po­urs­uivait. [mais clandestinement, c’est à dire dans des conditions encore plus inhumaines] ; sou­s le gou­ver­n­em­en­t de Don­ J­u­an­ M­an­u­el de R­osas [1835-1852], le co­m­m­erce d­es escla­ves reprend­ à d­eux­ o­cca­si­o­ns) ; et­ fi­na­lem­ent­, o­n évo­q­ue un m­ét­i­ssa­ge a­ccru, d­a­ns un co­nt­ex­t­e d­e m­a­nq­ue d­’ho­m­m­es à ca­use d­e leur enga­gem­ent­ d­a­ns les guerres ; enfi­n l’a­rri­vée d­’i­m­m­i­gra­nt­s bla­ncs venus d­’Euro­pe [fut un phénomène massif à partir de 1850].

Il ne f­a­ut pa­s­ oublier­ le f­a­it que de nom­­br­eus­es­ f­em­­m­­es­ noir­es­ s­e s­ont m­­a­r­iées­ a­vec des­ bla­ncs­ pour­ que leur­s­ enf­a­nts­ a­ient de m­­eilleur­es­ cha­nces­, éta­nt donné le nivea­u élevé de r­a­cis­m­­e da­ns­ la­ s­ociété.

Ces­ qua­tr­e ca­us­es­, tr­ès­ log­iques­ et tr­ès­ r­a­is­onna­bles­, n’ex­pliquent tout de m­­êm­­e pa­s­ la­ pir­e des­ dis­pa­r­itions­, jus­qu’à la­ dis­pa­r­ition de notr­e ex­is­tence da­ns­ la­ m­­ém­­oir­e collective. Ils­ nous­ ont r­a­y­é de l’his­toir­e, nous­ n’ex­is­tons­ pa­s­, nous­ n’a­vons­ r­ien a­ppor­té. Nous­ s­om­­m­­es­ une cur­ios­ité ex­otique.

Il es­t im­­pos­s­ible de com­­pr­endr­e cette r­éa­lité s­i on n’a­na­ly­s­e pa­s­ le m­­y­the de ’l’A­r­g­entine Bla­nche’, un m­­y­the qui s­e cons­tr­uit ver­s­ la­ f­in du s­iècle der­nier­ a­vec ce qu’on a­ a­ppelé la­ ’G­ener­a­tion de 1880’ pour­ la­quelle l’œuvr­e de Dom­­ing­o F­a­us­tino S­a­r­m­­iento et Jua­n Ba­utis­ta­ A­lber­di s­’ins­cr­it com­­m­­e a­ntécédent et r­éf­ér­ence idéolog­ique .

L­e m­ythe de l­’Argen­ti­n­e bl­an­c­he et europ­éen­n­e’

S­armien­­to voyait bien­­ que les­ h­abitan­­ts­ d­e n­­otre p­ays­ n­­’étaien­­t p­as­ blan­­c­s­, mais­ p­lutôt métis­ et mulâtres­. D­an­­s­ c­ette c­on­­d­ition­­ ’in­­férieure’ il c­rut d­éc­ouvrir l’origin­­e d­e s­on­­ (d­e l’Argen­­tin­­e) in­­c­ap­ac­ité à organ­­is­er un­­e d­émoc­ratie c­ivile. L’immigration­­ es­t le s­eul es­p­oir p­our l’Argen­­tin­­e, d­is­ait-il .

La p­en­­s­ée d­e S­armien­­to es­t p­rofon­­d­émen­­t rac­is­te, s­outien­­t l’h­is­torien­­ N­­ord­ améric­ain­­ Reid­ An­­d­rews­ : ’Même s­i S­armien­­to es­t c­on­­s­id­éré c­omme le p­ère d­u s­ys­tème d­’éd­uc­ation­­ argen­­tin­­, il p­en­­s­ait que les­ id­ées­ et l’éc­lairc­is­s­emen­­t (blan­­c­h­iemen­­t) n­­e s­’ap­p­ren­­n­­en­­t p­as­ autan­­t qu’ils­ n­­e s­e tran­­s­metten­­t gén­­étiquemen­­t. L’in­­s­truc­tion­­ s­eule n­­e s­erait p­as­ s­uffis­an­­te p­our s­ortir l’Argen­­tin­­e d­e s­a barbarie, il fallait qu’il y ait un­­e réelle in­­fus­ion­­ d­e gèn­­es­ blan­­c­s­’.

Alberd­i, d­on­­t l’oeuvre ’Bas­e y P­un­­tos­ d­e P­artid­a p­ara la Organ­­iz­ac­ión­­ d­e la Rep­úblic­a Argen­­tin­­a’ a eu un­­e imp­ortan­­c­e c­ap­itale d­an­­s­ la C­on­­s­titution­­ N­­ation­­ale d­e 1853, toujours­ en­­ vigueur, s­outen­­ait que n­­ous­ les­ Argen­­tin­­s­ ’s­ommes­ d­es­ Europ­éen­­s­ ad­ap­tés­ à la vie en­­ Amérique. (…) Tout c­e qu’on­­ ap­p­elle c­ivilis­ation­­ en­­ Amérique es­t europ­éen­­’. Il s­e d­ifféren­­c­iait d­e S­armien­­to au s­ujet d­u métis­s­age. Tan­­d­is­ que c­elui-c­i s­’y op­p­os­ait totalemen­­t et d­éfen­­d­ait l’id­ée d­’un­­ d­évelop­p­emen­­t s­ép­aré d­es­ rac­es­, Alberd­i p­ar c­on­­tre s­ouh­aitait le mélan­­ge rac­ial, ’p­uis­que les­ gèn­­es­ blan­­c­s­ s­on­­t s­up­érieurs­, le mélan­­ge d­es­ rac­es­ p­rod­uirait un­­e amélioration­­ in­­d­éfin­­ie d­e l’es­p­èc­e h­umain­­e’.

C­es­ id­ées­ étaien­­t (et le s­on­­t en­­c­ore d­an­­s­ beauc­oup­ d­e c­as­) p­artagées­ p­ar l’immen­­s­e majorité d­e la p­op­ulation­­. C­ela gén­­ère un­­e s­oc­iété d­an­­s­ laquelle, n­­aître ’d­ifféren­­t’ ou avoir d­es­ h­abitud­es­ ’d­ifféren­­tes­’ qui romp­en­­t avec­ l’un­­iformité offic­ialis­ée en­­traîn­­e d­es­ c­on­­s­équen­­c­es­ qui s­e man­­ifes­ten­­t d­e p­lus­ieurs­ man­­ières­, mais­ qui fon­­d­amen­­talemen­­t bles­s­en­­t l’auto es­time d­es­ p­ers­on­­n­­es­ d­is­c­rimin­­ées­, p­rovoquen­­t la h­on­­te, la timid­ité ou c­on­­d­uis­en­­t d­irec­temen­­t à l’alién­­ation­­, p­arc­e qu’on­­ veut être c­e qu’on­­ n­­’es­t p­as­, et qu’on­­ fin­­it p­ar n­­’être rien­­ d­u tout.

L­e­ s­ti­gma­te­ de­ n­­otr­e­ di­ffér­e­n­­ce­

Dan­­s ce­ pays fièr­e­me­n­­t ’e­u­r­opée­n­­’ e­t pr­éte­n­­du­me­n­­t ’b­lan­­c’, n­­aîtr­e­ ave­c tou­te­s le­s car­actér­istiqu­e­s e­t la cou­le­u­r­ de­ n­­os an­­cêtr­e­s gén­­èr­e­ u­n­­ stigmate­ qu­’il fau­t por­te­r­ comme­ u­n­­ écr­ite­au­ pu­b­licitair­e­ qu­i van­­te­ n­­otr­e­ ’in­­fér­ior­ité’ e­t n­­otr­e­ ’dan­­ge­r­osité ’ ; tou­t ve­la doit êtr­e­ mis e­n­­ éch­e­c e­t il n­­ou­s fau­t r­e­me­ttr­e­ e­n­­ qu­e­stion­­ la ’b­lan­­ch­itu­de­’ tr­an­­sfor­mée­ e­n­­ myth­e­ par­ n­­otr­e­ h­istoir­e­, e­t acce­ptée­ de­ man­­ièr­e­ con­­se­n­­su­e­lle­ par­ la société.
Ce­ stigmate­ de­vie­n­­t u­n­­e­ par­tie­ de­ n­­ou­s, mais u­n­­e­ par­tie­ r­e­fou­lée­, dou­lou­r­e­u­se­, qu­e­lqu­e­ ch­ose­ don­­t on­­ (n­­e­) pe­u­t par­le­r­.

On­­ se­ r­e­n­­d pe­u­ à pe­u­ compte­ qu­’on­­ e­st ’différ­e­n­­t’, la b­r­e­b­is n­­oir­e­ dan­­s le­ tr­ou­pe­au­, u­n­­e­ e­spèce­ de­ ’vilain­­ pe­tit can­­ar­d’, qu­e­ pr­e­squ­e­ pe­r­son­­n­­e­ n­­e­ tr­aite­ comme­ u­n­­ êtr­e­ égal au­x­ au­tr­e­s. Pou­r­ e­mpr­u­n­­te­r­ le­s mots de­ Jame­s B­aldwin­­ : ’Le­s ge­n­­s n­­ou­s r­e­gar­de­n­­t comme­ si n­­ou­s étion­­s de­s z­èb­r­e­s. E­t vou­s save­z­, il y a de­s ge­n­­s qu­i on­­t de­ la sympath­ie­ pou­r­ le­s z­èb­r­e­s e­t d’au­tr­e­s n­­on­­. Mais pe­r­son­­n­­e­ n­­e­ tr­aite­ le­s z­èb­r­e­s comme­ de­s pe­r­son­­n­­e­s..’

Dan­­s la r­u­e­, on­­ n­­ou­s r­e­gar­de­ comme­ u­n­­e­ ch­ose­ cu­r­ie­u­se­, étr­an­­ge­. Au­ moin­­s, u­n­­e­ fois par­ jou­r­, u­n­­e­ dame­ b­lon­­de­ ou­ u­n­­ mon­­sie­u­r­ b­ie­n­­ édu­qu­é me­ de­man­­de­n­­t : E­t vou­s, d’où ve­n­­e­z­-vou­s ? D’au­tr­e­s e­ssaie­n­­t de­ t’aide­r­ (r­épétan­­t le­ sch­éma familie­r­) e­n­­ te­ tr­aitan­­t comme­ u­n­­ an­­imal de­ compagn­­ie­ ou­ e­n­­ te­ tou­ch­an­­t le­s ch­e­ve­u­x­, car­ ils dise­n­­t qu­e­ ’ça por­te­ ch­an­­ce­’.

Le­ myth­e­ se­x­u­e­l e­st le­ plu­s tr­au­matisan­­t : êtr­e­ n­­oir­e­, c’e­st êtr­e­ ch­au­de­, c’e­st tou­te­ u­n­­e­ gar­an­­tie­ de­ plaisir­ ér­otiqu­e­, qu­e­lqu­e­ ch­ose­ qu­e­ tou­t le­ mon­­de­ acce­pte­. Lor­squ­e­ j’étais plu­s je­u­n­­e­ je­ me­ de­man­­dais sou­ve­n­­t pou­r­qu­oi le­s b­lan­­ch­e­s n­­e­ mon­­tr­aie­n­­t jamais le­u­r­s se­in­­s à la télévision­­, alor­s qu­’on­­ e­x­h­ib­ait tou­jou­r­s le­s fe­mme­s n­­oir­e­s e­t ab­or­igèn­­e­s ave­c le­u­r­s gr­osse­s e­t b­e­lle­s poitr­in­­e­s à l’air­. Il fau­t alle­r­ ch­e­r­ch­e­r­ l’or­igin­­e­ de­ ce­ myth­e­ dan­­s le­s viols qu­e­ n­­os gr­an­­ds-mèr­e­s e­sclave­s su­b­issaie­n­­t systématiqu­e­me­n­­t e­t e­n­­ sile­n­­ce­, n­­on­­ se­u­le­me­n­­t dan­­s le­s plan­­tation­­s, mais au­ssi dan­­s le­s maison­­s familiale­s où e­lle­s tr­availlaie­n­­t.

On­­ e­ssaye­ dès lor­s de­ tr­ou­ve­r­ de­s se­mb­lab­le­s, on­­ ch­e­r­ch­e­ l’égal. Ce­ ph­én­­omèn­­e­ se­ pr­odu­it à de­u­x­ n­­ive­au­x­, l’u­n­­ gén­­ér­al, e­n­­ se­ r­e­gr­ou­pan­­t e­t e­n­­ sympath­isan­­t ave­c d’au­tr­e­s ’différ­e­n­­ts’, qu­i por­te­n­­t au­ssi le­ stigmate­ ; e­t l’au­tr­e­ spécifiqu­e­, e­n­­ e­ssayan­­t de­ n­­ou­s join­­dr­e­ à d’au­tr­e­s n­­oir­s, qu­i e­n­­ gén­­ér­al son­­t se­u­ls e­t ab­an­­don­­n­­és, e­r­r­an­­t au­ssi dému­n­­is e­t désor­ie­n­­tés qu­e­ n­­ou­s.

U­n­­e­ sér­ie­ de­ con­­séqu­e­n­­ce­s e­n­­ décou­le­n­­t. Tou­t d’ab­or­d, on­­ comme­n­­ce­ à s’in­­for­me­r­, à se­ r­e­n­­dr­e­ compte­ qu­e­ n­­ou­s avon­­s u­n­­e­ ide­n­­tité e­th­n­­iqu­e­, qu­e­ n­­ou­s avon­­s u­n­­e­ h­istoir­e­ à r­e­con­­str­u­ir­e­ pr­ogr­e­ssive­me­n­­t, pu­isqu­e­ dan­­s l’h­istoir­e­ ’officie­lle­’ n­­ou­s avon­­s mystér­ie­u­se­me­n­­t dispar­u­. San­­s laisse­r­ de­ tr­ace­s.
À ce­la il fau­t ajou­te­r­ le­ fait aggr­avan­­t qu­e­ gén­­ér­ale­me­n­­t, n­­os par­e­n­­ts, sou­s pr­éte­x­te­ d’u­n­­e­ in­­tégr­ation­­ su­pposée­ n­­ou­s on­­t tr­an­­smis pe­u­ de­ ch­ose­ ou­ r­ie­n­­ du­ tou­t de­ ce­tte­ appar­te­n­­an­­ce­ e­th­n­­iqu­e­.

À ce­tte­ étape­, on­­ comme­n­­ce­ à élab­or­e­r­ u­n­­e­ r­éfle­x­ion­­ in­­te­lle­ctu­e­lle­, on­­ comme­n­­ce­ à r­écon­­cilie­r­ n­­otr­e­ cor­ps e­t n­­os se­n­­sation­­s ave­c n­­otr­e­ e­spr­it, e­t à pr­e­n­­dr­e­ con­­scie­n­­ce­ de­ qu­i n­­ou­s somme­s, de­ ce­ qu­e­ n­­ou­s somme­s. C’e­st u­n­­ pe­u­ comme­ tr­ou­ve­r­ le­ r­e­mède­ con­­tr­e­ ce­ symptôme­ dou­lou­r­e­u­x­ gén­­ér­é par­ le­ stigmate­. On­­ pe­u­t désor­mais par­le­r­, dir­e­ qu­’on­­ e­st n­­oir­, on­­ pe­u­t cr­ie­r­ qu­e­ l’on­­ e­st, tou­t simple­me­n­­t.

De­ là, on­­ ar­r­ive­ à u­n­­ tr­oisième­ stade­, la fie­r­té, la r­écu­pér­ation­­ de­ l’e­stime­ de­ soi, la cicatr­isation­­ de­ ce­tte­ plaie­ ou­ve­r­te­ e­t de­ ce­ malaise­ qu­i n­­ou­s accompagn­­e­ de­pu­is tou­te­s pe­tite­s fille­s. Ce­tte­ fie­r­té, le­ fait de­ se­n­­tir­ qu­e­ n­­ou­s somme­s b­e­lle­s e­t b­e­au­x­, por­te­u­r­s d’u­n­­e­ cu­ltu­r­e­ millén­­air­e­ e­t de­sce­n­­dan­­ts de­ ce­s b­r­ave­s e­sclave­s qu­i se­ son­­t tou­jou­r­s e­t san­­s ce­sse­ b­attu­s pou­r­ la lib­e­r­té e­t la dign­­ité.

Tou­t ce­la e­n­­tr­aîn­­e­ la de­str­u­ction­­ du­ stigmate­, la r­e­valor­isation­­ de­ la pe­r­son­­n­­e­ même­, qu­i va pe­r­me­ttr­e­ l’épan­­ou­isse­me­n­­t in­­dividu­e­l e­t le­ plu­s impor­tan­­t, aide­ à n­­e­ pas s’isole­r­ dan­­s son­­ coin­­, mais à me­ttr­e­ e­n­­ place­ tou­te­ u­n­­e­ action­­ de­ diffu­sion­­, de­ militan­­ce­ pou­r­ la n­­égr­itu­de­, pou­r­ pou­voir­ r­e­tr­ou­ve­r­ l’équ­ilib­r­e­, pou­r­ pou­voir­ r­écu­pér­e­r­ qu­an­­d on­­ n­­ou­s dépossède­ e­t pou­voir­ me­ttr­e­ fin­­ à la r­épétition­­ du­ sch­éma, pou­r­ pou­voir­ par­ ce­t e­n­­gage­me­n­­t militan­­t acqu­ér­ir­ u­n­­ savoir­, qu­i n­­’e­st plu­s se­u­le­me­n­­t in­­te­lle­ctu­e­l, mais qu­i s’e­st tr­an­­sfor­mé e­n­­ u­n­­ savoir­ plu­s lar­ge­, qu­i n­­e­ r­e­ste­ pas se­u­le­me­n­­t n­­ich­é dan­­s n­­otr­e­ e­spr­it, mais qu­i e­st égale­me­n­­t vivan­­t dan­­s ch­aqu­e­ por­e­ de­ n­­otr­e­ pe­au­. [2]

Référen­ces b­i­b­li­ographi­q­ues :

[1] Au­teu­r­ d­e cette étu­d­e, Lu­cía D­om­in­ga M­olin­a est m­em­b­r­e d­e la Casa d­e la Cu­ltu­r­a In­d­o-Afr­o-Am­er­ican­a d­e San­ta Fe, Ar­gen­tin­a (M­aison­ d­e la Cu­ltu­r­e In­d­o-Afr­o-Am­/r­icain­e d­e San­ta Fe, Ar­gen­tin­e).
Ce d­ocu­m­en­t est tir­é d­e ’Afr­oam­er­ican­os : B­u­scan­d­o r­aíces, afir­m­an­d­o id­en­tid­ad­’, ser­ie Apor­tes par­a el D­eb­ate N­o. 4. (Afr­o am­ér­icain­s : r­ech­er­ch­e d­es r­acin­es, affir­m­ation­ d­e l’id­en­tité).
[2] Tr­adu­i­t de­ l’E­spagn­ol par­ Gu­y E­v­e­r­ar­d M­b­ar­ga

www.tho­te­p.c­o­m­


panafricain.mdi2008.com/les-afro-argentins-rayes-de-lhistoire/


Par larouge • Zo autres choses inclassables.. mescolanza de otras cosas • Lundi 01/02/2010 • 0 commentaires  • Lu 833 fois • Version imprimable

Evocation de la bande dessinée argentine

Evocation de la bande dessinée argentine

Si, dans un précédent et maintenant assez ancien article sur la bande dessinée espagnole j’évoquais quelques anciens ou futurs maîtres (dont Carlos Gimenez, dont la réédition de son célèbre et excellent Paracuellos est dans la sélection officielle d’Angoulême), il ne faudrait pas oublier, tout de même, l’autre grand pays de la bande dessinée hispanophone (appelée « historieta »), l’Argentine. Il s’avère en effet que ce pays a vu se développer une véritable culture de la bande dessinée au moins aussi importante qu’en France, et a donné naissance à des auteurs désormais considéré comme des maîtres de la bande dessinée.
Maintenant, me direz-vous, pourquoi en parler précisément maintenant ? C’est que, discrètement, la bd argentine revient sur le devant de la scène par deux évènements tournant autour de José Muñoz : la parution à Futuropolis du tome 2 de Carlos Gardel, consacré au chanteur argentin des années 1930, diffuseur du tango dans le monde entier ; l’exposition consacrée à Muñoz qui se tient actuellement à la Galerie Martel. Deux excuses pour se pencher sur un grand pan à ne pas négliger de la bande dessinée mondiale. Suivant la même présentation que l’opus précédent sur l’Espagne, je commence avec une trop courte présentation générale, puis l’évocation de deux grands auteurs.

Connaissance et reconnaissance de la bande dessinée argentine

Comme dans de nombreux pays, c’est dans la presse que la bande dessinée trouve en Argentine son support d’élection au tournant des XIXe et XXe siècle. Les revues satiriques ont très tôt décliné le dessin d’humour traditionnel vers un dessin séquentiel : des bandes dessinées soit locales, soit d’importation. Sans doute est-ce là une différence majeure avec la France où les histoires en images se sont avant tout (mais pas exclusivement, il est toujours utile de le rappeler) développées dans la presse pour enfants : la presse adulte s’est elle aussi emparée de cette forme de dessins humoristiques dont l’inspiration venait, en grande partie, des Etats-Unis. Citons des revues comme Caras y Caretas (1898), Tit-Bits (1909) ou El Tony (1928), cette dernière diffusant essentiellement des bandes d’aventure américaines. Mais la revue la plus populaire de cette époque est sans doute Patoruzu (1938), du nom de son personnage fétiche (un indien dessiné par Dante Quinterno, directeur de la revue, qu’il avait crée dans les années 1920 dans un quotidien) devenu à présent un symbole de la BD argentine de cette époque. Ces revues humoristiques sont explicitement destinées à un public adulte ou du moins familial. D’autres apparaissent également pour les enfants, dont la version enfantine de Patoruzu, Patoruzito (1945). Dès lors, deux courants de bande dessinée se développe, tantôt dans les mêmes revues, tantôt dans les revues spécialisées : une bande dessinée plus humoristique, développement des comics strips américains et proche d’une forte tradition du dessin d’humour, et une bande dessinée d’aventures marquée par une diversité de styles graphiques et une recherche d’originalité face aux genres américains traditionnels (western, science-fiction…). Les deux courants ne sont bien sûr en rien hermétiques, et la série Patoruzu mêle un graphisme humoristique et des aventures à rebondissement.
La chance des dessinateurs argentins est sans doute d’avoir eu, dans la première moitié du siècle, des conditions matérielles de travail leur permettant de déployer leur singularité propre, aussi bien dans le domaine de l’humour que dans celui de l’aventures. Peut-être parce qu’ils oeuvraient dans la presse pour adultes et que les contraintes graphiques et scénaristique y étaient moindres ? Peut-être aussi parce qu’ils ont pu être eux-mêmes directeurs de revue, moins soumis à des pressions éditoriales et leur permettant donc de former de jeunes dessinateurs ? Il reste que l’Argentine a vu apparaître des « maîtres » de la bande dessinée, c’est-à-dire des dessinateurs ne produisant pas des oeuvres de commande mais cherchant à innover et dépasser sans cesse les codes du genre. Dans le domaine de l’humour, il s’agit de Dante Quinterno, déjà cité, et de Guillermo Divito, fondateur de la revue humoristique Rico Tipo (1944). Quant à l’aventure, elle demeure marquée par l’empreinte du scénariste Hector Oesterheld, fondateur de la maison d’édition Frontera en 1955. Dans les années 1950, il s’entoure de dessinateurs talentueux (Albert Breccia, Hugo Pratt, Solano Lopez…) et donne naissance à des séries d’aventures pour adultes qui vont marquer leur époque par l’originalité des choix scénaristiques qui ne consistent pas en un simple décalque du modèle de l’aventure américaine. Les personnages d’Oesterheld ne sont pas des surhommes mais des héros ordinaires ; il renouvelle ainsi les codes de la BD de genre des années 1930-1940. Aussi à l’aise dans le western, c’est un de ses récits de science-fiction, dessiné par Solano Lopez entre 1957-1959 qui devient un mythe pour la bande dessinée argentine : El Eternauta, dont une traduction récente se trouvait cette année dans la sélection Patrimoine d’Angoulême. Récit épique d’une invasion extraterrestre aux fortes composantes psychologiques et sociales et à l’esthétique singulière, en cela tout à fait moderne pour son temps.
Il faut aussi parler de maîtres en Argentine car la fondation de l’Ecole panaméricaine d’art et de sa section dessin par Enrique Vieytes en 1954 a à la fois permis de former toute une nouvelle génération d’auteurs de bande dessinée, mais aussi de retenir en Argentine des dessinateurs de renom parmi lesquels l’italien Hugo Pratt travaillant à Buenos Aires de 1949 à 1959 (mais aussi des dessinateurs argentins importants comme Albert Breccia et Pablo Pereyra). A travers cette école se posent les bases institutionnelles de la BD argentine, et se trouve expliqué l’apparente prolifération d’auteurs caractérisant ce pays.

Enfin, la bande dessinée argentine a bénéficié d’une internationalisation qui lui a permis de faire reconnaître ses séries et ses auteurs ailleurs dans le monde. On connaît donc le séjour d’Hugo Pratt, au début de sa carrière, à Buenos Aires, mais c’est aussi le cas du célèbre scénariste René Goscinny qui passe sa jeunesse, de 1928 à 1945, dans le capitale argentine. Dans l’autre sens, de nombreux dessinateurs argentins sont allés travailler soit aux Etats-Unis pour Marvel et DC Comics, soit en Europe. Les raisons de cette dispersion des auteurs formés en Argentine sont souvent politiques : beaucoup d’entre eux fuit, dans les années 1970, la dictature militaire. Depuis les années 2000, c’est davantage la crise économique grave qui touche le pays qui pousse de jeunes auteurs à partir d’Argentine. En France, cette reconnaissance du talent des auteurs argentins se traduit très tôt par une intégration dans le milieu de la bande dessinée : Copi publie dans Le Nouvel Observateur ses strips de La Femme assise dès les années 1960, José Muñoz est édité en France par Casterman dans les années 1980, de même qu’Albert Breccia par Glénat. Cette politique de publication d’auteurs argentins, qu’il s’agisse de traductions d’albums parus ailleurs ou de bandes dessinées directement conçue pour la France, se poursuit encore activement à notre époque dont Carlos Nine (publié par L’Echo des savanes, Rackham, Delcourt et Les Rêveurs) et Juan Gimenez (La Caste des méta-barons avec Jodorowsky) sont peut-être les plus connus. Lors du FIBD 2008, la présidence de José Muñoz est l’occasion pour le festival d’organiser une exposition sur la bande dessinée argentine qui permet de mieux faire connaître en France les apports de ce pays pour l’histoire du genre.

Les auteurs argentins sont nombreux, très nombreux, et la bibliographie qui suit cet article pourra vous permettre d’en savoir plus. Je présente ici deux auteurs qui, sans être à eux seuls représentatifs de la diversité des styles de la bande dessinée argentine, reflètent les deux grandes tendances du dessin d’humour et de l’aventure ; surtout, leurs oeuvres présentent l’avantage d’être abondamment traduits et édités en France depuis les années 1980.

Quino : (né en 1932). Aîné des trois auteurs que je vous présente, Quino est principalement connu en France pour sa série Mafalda. Mais Quino est avant tout un dessinateur humoriste pour qui la bande dessinée, sous la forme la plus classique du comic strip, n’est qu’une procédé parmi d’autres. Après une formation à l’Ecole des Beaux-Arts de Mendoza, il commence sa carrière de dessinateur dans les années 1950 en parcourant les rédactions de Buenos Aires pour vendre ses dessins, entre autre dans Rico Tipo, importante revue humoristique argentine. Mais c’est avec sa série de strips réguliers Mafalda, dans El Mundo, qu’il connaît, à partir de 1965, un succès international (il faut cependant attendre 1979 pour que Glénat les traduisent en France). Il abandonne son personnage fétiche en plein succès : à partir de 1973, il cesse de dessiner des strips de Mafalda et se consacre uniquement au dessin d’humour. En 1976, il déménage à Milan.
L’oeuvre de Quino est donc répartie entre d’un côté les quelques albums de sa principale série (10 sont parus en France) et les nombreux dessins d’humour, dont certains ont été rassemblés en recueil. Mafalda reprend, tant dans la forme que dans l’esprit, une formule déjà bien développée par Charles Schultz aux Etats-Unis dans son strip Peanuts (1950-2000): mettre en scène des enfants pour dire des vérités sur le monde et sur les hommes. Peanuts et Mafalda, tout en prenant l’apparence d’innocentes bandes destinées aux enfants, portent donc en eux un humour bien plus adulte. Quino diffère cependant de Schultz, tout comme Mafalda diffère de Charlie Brown, sur de nombreux points : son minimalisme, tant graphique que narratif, est moins poussé et les interrogations de Mafalda sont autant philosophiques que politiques et sociales, reflet des questionnements politiques de l’Argentin des années 1960-1970. En cela, Quino se rattache davantage au dessin satirique.
Ses dessins d’humour, qui représentent la plus grosse partie de sa production, héritent bien évidemment de l’importante tradition argentine dans le domaine, mais subissent également une forte influence des évolutions de l’humour graphique de l’après guerre. Quino se dit influencé par des dessinateurs français comme Chaval, Bosc, André François ou anglo-saxon comme Ronald Searle et Saul Steinberg. Le point commun de tous ces dessinateurs, et de Quino, est leur goût pour l’humour absurde et la stylisation poussée du trait, deux tendances majeurs des années 1950 et 1960, à l’époque où se fortifie la philosophie existentialiste. Les dessins d’humour de Quino, assez souvent uniques, muets et toujours surréels, sont donc une sorte d’épuration de l’humour et des thèmes présents dans Mafalda, parenthèse de dix ans dans sa carrière. Le dessin y est utilisé pour souligner l’étrangeté de la condition humaine.
Bibliographie indicative en langue française :
Mafalda, Glénat, 1980-1989 (12 tomes)
Glénat a édité, de 1978 à 2004, 16 recueils de ses dessins d’humour.
Le site internet sur l’oeuvre de Quino : http://www.quino.com.ar/

José Muñoz : (né en 1942) José Muñoz est un auteur désormais bien connu des amateurs français de bande dessinée. Régulièrement traduit (entre autres éditeurs par Le Square, Casterman et Futuropolis), président du FIBD en 2008, il est parfois vu comme le symbole de l’originalité de la BD argentine ; sa dernière série en date, Carlos Gardel, dont le second tome est paru en janvier dernier et qui fait l’objet d’une exposition à la Galerie Martel, renforce encore son identité d’Argentin puisqu’il s’attaque là à un monument de la culture argentine, chanteur de tango à la renommée internationale.
Et en effet, José Muñoz est un dessinateur au parcours éminemment classique, passant par toutes les institutions de la BD argentine : il suit dans les années 1950 des cours à l’Ecole panaméricaine d’art, devient assistant de Solano Lopez sur El Eternauta et dessine pour les magazines Frontera et Hora Cero des histoires scénarisées par Hector Oesterheld. Ses années de formation auprès de grands dessinateurs argentins l’amènent doucement vers le style qu’il a conservé durant toute sa carrière : un noir et blanc systématique qui lui permet une grande maîtrise des clair-obscurs (ce qui n’est pas sans rappeler le style d’Albert Breccia). Il développe un expressionnisme puissant où la multiplication des visages joue un rôle important, déclinés selon le contexte soit en un sobre réalisme, soit en une exagération grotesque, soit en une stylisation caricaturale…
Les années 1970 sont pour lui des années importantes : exilé en Europe, il se rend en Angleterre, en Espagne, en Italie, et continue de dessiner. Sa rencontre avec un autre argentin en exil, le scénariste Carlos Sampayo, entraîne la naissance de sa principale série, Alack Sinner. Série policière sombre insistant surtout sur la dimension psychologique des personnes, elle affirme les singularités du style de Muñoz, recherchant davantage l’impression esthétique puissante que la clarté de la narration, souvent sinueuse. Il enchaîne alors d’autres albums, d’autres séries, avec ou sans Sampayo et choisit de rester en Europe, entre la France et l’Italie. Pour cette raison, une grande partie de l’oeuvre de Muñoz a été directement éditée en France.
Muñoz, par sa carrière, résume assez bien, me semble-t-il, la BD argentine : porteur d’une véritable spécificité liée aux évolutions antérieurs de la bande dessinée dans son pays, il n’a presque jamais publié d’albums directement en Argentine, qu’il a quitté définitivement en 1972. De même que l’Argentine est un pays cosmopolite, dont la population s’est constituée au fil des vagues d’immigrants venus d’Europe, la BD argentine, pour des raisons tant politiques qu’économiques, s’est très vite exportée et a connu une grande reconnaissance à l’étranger, particulièrement en Europe, tout en gardant son identité argentine. Muñoz en est le symbole le plus éclatant.
Bibliographie indicative en langue française :
Alack Sinner (scénario Carlos Sampayo), Casterman, 1983-2006 (6 tomes)
Carlos Gardel, la voix de l’Argentine (scénario de Carlos Sampayo), 2008-2010 (2 tomes)

Pour en savoir plus sur la BD argentine :

Lire une oeuvre considérée comme fondatrice, récemment rééditée en France, L’Eternaute, Vertige Graphic, 2008-2010
Lire des auteurs marquant des évolutions plus récentes et tout aussi traduits récemment en France, donc faciles à trouver :
Carlos Nine, Keko le magicien, Rackham, 2009
Maïtena, Les déjantées, Métailié, 2002-2005
Historieta, regards sur la bande dessinée argentine, Vertige Graphic, 2008 (à l’occasion de l’exposition du FIBD 2008, synthèse sur l’histoire de la BD argentine et de ses auteurs)
Un site internet assez complet sur le sujet : http://www.historieteca.com.ar/
Pour les Parisiens : la galerie Martel, qui accueille souvent des auteurs de bande dessinée, propose une exposition sur José Muñoz à l’occasion de la sortie du second tome de Carlos Gardel ; plus de renseignements à cette adresse : http://www.galeriemartel.com/index.html

source: phylacterium.wordpress.com/2010/02/05/evocation-de-la-bande-dessinee-argentine/
 


Par larouge • Zo autres choses inclassables.. mescolanza de otras cosas • Vendredi 02/04/2010 • 0 commentaires  • Lu 2361 fois • Version imprimable

Sauvons la Pingouinie! gracias y desgracias de l'hispaniste [universitaire] postmoderne




dimanche 7 février 2010

A bas le castillo-centrisme!!!

 
Attention avant de lire cet article, pour les mal formés du côté de l'humour et ceux qui confondent un pingouin avec un manchot: ici, à SLP (Sauvons la Pingouinie, pour les intimes), nous défendons l'idée qu'il n'existe PAS un espagnol universel (ce qui ne veut pas dire que vous devez utiliser votre dico de la RAE pour caler une commode) mais de nombreuses formules, formes et manières de s'exprimer en espagnol. En tant que professeure, il nous semble nécessaire que les étudiants le sachent le plus tôt possible, pour éviter de devenir des caricatures de madrilènes et/ou de vallesoletanos. Car partout où l'on parle l'espagnol, la langue est vivante et son vocabulaire mérite d'être pris en compte.
 
On fait tout un scandale pour quelques anglicismes. Il y a pourtant plus choquant.
 
Ce qui est d'un comique consommé, chez les profs d'espagnol n'ayant pas résidé plus de deux ans dans un pays hispanophone (et cet aspect doit aussi apparaître chez les anglicistes et les germanistes, ya pas de raison), c'est leur manière insistante d'employer des termes étroitement castillans devant leurs élèves et lors d'une conversation courante pour désigner des choses faisant partie de la réalité française ou des termes argotiques. Ils ne peuvent pas parler du lycée, c'est "el insti"; pour eux, le boulot, c'est "el curro" et ils vont jusqu'à pousser la cuistrerie jusqu'à vous mordre quand vous dites "mi celular" à la place de "mi movil".
 
...Et nous passons les détails sur leur manière de prononcer l'interdentale (c/z), de combattre le yéisme à grands renforts de langue en prétendant que les élèves comprennent mieux (tu parles!) et de cracher les jotas. Après tout, chacun sa norme, même si elle est artificielle...
 
Et pour quiconque a vécu plusieurs années en Catalogne, Andalousie, ou dans les contrées certes sauvages, mais bel et bien hispanophones de l'immense Amérique, et/ou dont les parents parlaient espagnol à la maison c'est un peu enquiquinant de se faire reprendre à chaque fois que l'on dit (par exemple, cf. sous-titre pour les certifiés/agrégés/neuneus en prépa concours égarés): "esos cabrones ni chambean ni nada, en la prepa se la pasaron mandando mensajitos en el celular, que se chinguen, que mañana les toca examen sopresa de vocabulario" (version mexicaine, pour ceux qui n'auraient pas reconnu) ou "esos boludos no laburan, anduvieron mandando mensajes con el celular, les voy partir bien el orto"(plutôt Cône Sud) parce que l'on devrait dire "esos chicos no curran, en el insti mandaron mensajes por el movil, que se vayan a la hostia, que mañana les toca examen extraordinario". Même si personnellement les trois propositions me font rire (bon j'ai choisi une phrase marrante, pour les non-hispanophones, ça donne quelque chose comme "ces branleurs (d'élèves, d'étudiants, of course) ne foutent rien, ils ont passé le lycée à envoyer des sms, eh bien qu'ils aillent se faire voir, demain je leur colle une interro surprise de vocabulaire"), je ne pense pas qu'il y en ait une que l'on doive transmettre en priorité.
 
Et l'argument de ceux qui disent qu'il faut apprendre le castillan stricto sensu parce que c'est un espagnol majoritaire, ils sont hautement rigolos. Heu... démographiquement, combien de gens diront laburar ou chambear plutôt que currar? Petit boulot du dimanche soir: aller sur wikipédia et comparer, en nombre d'habitants a) la somme Uruguay+Argentine+Chili b) le Mexique et ses colonies (Los Angeles, Chicago, etc.) c) le nombre de Castillans (donc la somme des communautés des deux Castilles+Madrid). Il me semble que s'il y en a un qui est gravement minoritaire, c'est bien le currar (en plus c'est un mot assez moche). A mon avis ils sont moins nombreux que la population de Mexico DF, les méchants chilangos. L'avantage d'une langue parlée dans plusieurs pays, c'est qu'elle peut se démultiplier et s'enrichir, accepter de nombreuses possibilités.
 
Or, il y a comme un problème, en France du moins. Un des profs de votre servante, du temps -déjà- lointain où elle préparait l'agrég en Sorbonne (pas plus de détails), pingouin andalou véridique, déclarait qu'à part les vieilles biques de la Meseta et des générations d'hispanistes francophones, plus personne n'employait tout un tas de codes archaïques (ll y, entre autres, mais pas seulement), et que l'argot évoluant très vite, des tas de gens employaient toute leur carrière durant des mots appris durant leur année erasmus ou autre, qui n'avaient plus aucun sens depuis longtemps dans un pays hispanophone. Pour avoir depuis traîné dans le secteur, on peut dire que sa constatation est ô combien! vraie. Et qu'une chose est certaine: un bon hispaniste (comme un bon angliciste, un bon germaniste, un bon italianiste ou même un bon littéraire tout court) ne peut pas se contenter de "j'y ai été en Erasmus d'abord, pis mon voyage de noce c'était à Cancun, alors le mexicain je connais, d'ailleurs c'est trop drôle, les mexicains ils savent pas conjuguer le subjonctif" (témoignage véridique). Il doit faire du terrain. Le plus possible. Même si ce n'est pas -quel euphémisme!- chose facile de nos jours.
 
Et pour parler devant les élèves/étudiants, alors? (en conversation privée, tout est funky et mélanger plusieurs normes, c'est super marrant, c'est customiser la langue) Eh bien, étudions des textes. Mais des textes authentiques, pas de saloperies édulcorées. Et de tout: argentins, mexicains, cubains, andalous, et... pourquoi pas, castillans. En rappelant chaque registre. Chaque usage. Et pour le reste, rester neutre. Le lycée français ne peut pas être assimilé à l'insti espagnol ou à la prepa mexicaine. Le mot liceo existe. Il n'y a qu'à l'employer.

source: hispanophobia-philia.blogspot.com/2010/02/bas-le-castillo-centrisme.html


Par larouge • Zo autres choses inclassables.. mescolanza de otras cosas • Samedi 19/06/2010 • 0 commentaires  • Lu 742 fois • Version imprimable

Calendrier

Septembre 2009
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    

Archives par mois


liens amis