S'identifier - S'inscrire - Contact

Maria Dulce Kugler

 


Née à Buenos Aires en 1963, María Dulce Kugler vit à Bruxelles depuis 1990, assez longtemps pour avoir appris à aimer cette ville si différente de la sienne. Elle a publié à Buenos Aires, chez Simurg, A la sombra (roman, 2000) et La mujer fuente (tableaux érotiques, 2004). Elle tient deux blogs en espagnol: Calle de los Palacios et Las películas invisibles.

 

Ce nouveau blog, Rue des Palais, publiera des traductions françaises des textes déjà parus en espagnol dans les autres blogs. Certaines de ces traductions ont été publiées dans la revue Marginales.

 

http://ruedespalais.blogspot.be/



Par larouge • Kugler Maria Dulce • Vendredi 05/10/2012 • 0 commentaires  • Lu 1155 fois • Version imprimable

La déesse de la rivière

 La déesse de la rivière 

La déesse de la rivière se prélassait langoureusement dans les eaux des sources, en se délectant à la sensation de fraicheur sur sa peau et des doux battements des petits poissons qui se mouvaient sur ses jambes et sur son ventre.  Flottant sur le dos, les yeux mi clos, elle prenait la mesure de la dimension infinie du ciel azur et limpide.  Et au dessus de tout, le soleil dont les rayons remplissait de façon éblouissante tout l’étendu de la surface de ce lieu à l’eau tranquille.

A moitié endormie la déesse se soûlait de lumière et, lorsque le calme de la sieste cédait la place à  la brise de fin d’après midi, elle contemplait l’apparition des ombres,  émerveillée, comme toujours par la lente transformation du paysage, qui partant d’un aveuglant éclat de midi cédait progressivement au noir profond de la nuit.

La déesse passait ainsi les heures dans la rivière,  attentive aux trajectoires de la lumière et de la vie. Mais parfois elle émergeait de l’eau, ruisselante, et quelque chose d’extraordinaire se produisait.   Tandis qu’elle  marchait pieds nus sur le limon fertile des berges,  des pâturages, des buissons et des arbustes surgissaient sur son passage, de tel sort que la terre boueuse se transformait en verte prairie duveteuse qui poussait de façon visible en cherchant le ciel avec des feuilles d’innombrables teintes et formes. Et puis la déesse s’allongeait ensuite sur ce matelas végétal pour s’y reposer, l’oreille colée au sol et elle entendait des racines qui se frayaient un chemin souterrain,  creusant des tunnels des plus en plus profonds avant de parvenir – au moins on l’eut dit – jusqu’à au centre de la Terre.  Toute autour de la déesse et sous son corps des jeunes pousses devenaient des plantes, des arbustes et des arbres qui s’élevaient toujours plus haut et s’entremêlaient avec  les lianes, fougères et lierres qui les avaient précédé ; des mois et des années de promenades au bord du fleuve et de ses affluents au cours desquelles la déesse dispersait l’élan organique, des années et des siècles d’une intense labeur végétale herbe par  herbe, arbre par arbre, emporté par l’air ou sur le dos d’un coléoptère, dans le pollen fragile des fleurs ou dans les mains généreuses de la déesse elle-même.  Des siècles, des millénaires de multiplication incontrôlée de ce  vert splendide  rempli  par des millions d’espèces, par l’abondance et la gloire de la nature et pour le bonheur de touts les  êtres vivants.

Depuis le bassin où elle nageait, la déesse admirait la création, cette forêt vierge issue de ses pas qui, en partant d’une petite tâche verte  en bordure du fleuve,  s’étendait maintenant bien au delà de l’horizon et dont la densité et l’ampleur couvrait presque tout un continent.  Très loin au dessus  de sa tête, les arbres étiraient leur branches d’une berge à l’autre en tricotant un réseau végétale qui couvrait parfois le sol et à partir duquel des oiseaux rouges, jaunes et bleu prenaient leur envole. Cela faisait des milliers d’années que la déesse contemplait les ombres fascinée.  Et avec le temps à la rumeur de l’eau se superposait, dans une symphonie colossale, le bruissement des feuilles le chuchotement des insectes, le bourdonnement des mouches et des abeilles, le battement d’ailes des papillons et des perroquets, le croassement des grenouilles, le chant des oiseaux, le grognement des félins, la brame effrayée des cerfs, et le couinement des singes …

Rien ne laissait présager dans ce lent et régulier progrès, cet étalement  si prodigieux de la jungle, où tout était conforme aux lois universelles, cette espace  où toutes les espèces coexistaient de façon harmonieuse - bien que pas toujours sans heurt -  ce qui arriva ensuite.

Ce matin là, la déesse se réveilla fatiguée.  Elle eut l’impression que le poids de ses innombrables années lui pesait tout d’un coup.  Elle eut peur de se baigner, craignant que le courant, que d’habitude lui procurait tellement du plaisir en s’opposant à ses muscles épanouis, ne l’emportât subitement très loin, là où le fleuve se déversait dans la mer.  Elle sortît donc et s’assit au bord.  Perché sur une branche un perroquet, de ceux qui venaient souvent manger dans sa main,  l’observait.  Elle lui tendit le bras en l’appelant, mais l’oiseux, effrayé, au lieu de s’approcher s’envola.  La déesse regarda autour et constata que certains arbres étaient affaissés, comme s’ils étaient malades ; sous ses pieds le sol était sec et sa peau était desséchée et ridée également ! Elle se pencha en avant afin de percevoir son reflet dans l’eau et découvrit une dame tellement vielle qu’elle ne s’y reconnue point.  « Suis-je en train de mourir » s’interrogea pour la première fois de sa longue existence la déesse ?  « Je me croyais immortelle mais il semblerait que les astres en ont décidé autrement. 

Elle se coucha dans l’herbe, l’oreille collée au sol. Elle ne pouvait plus bouger un doigt.  Le sol semblait rugueux et le gazon sentait amère.  Devenue sourde de fatigue, elle n’entendait pas le murmure de petites racines qui, effrayées par l’avance d’un ennemie sans nom, reculaient.  La déesse n’en pouvait plus, elle était épuisée et ressentait le poids de ses os qui sous l’influence de la gravité  semblaient vouloir l’enfoncer dans la terre.  Elle s’endormit  profondément et rêva que chacune de ses cellules se déshydratait et se transformait en particule de poussièreDes gouttes de son fluide vital, en forme de larmes,  apparaissaient à la surface de sa peau et bientôt il ne resta plus de la déesse qu’un amas de particules de poussière qui furent emportées par le vent.

Un ocelot, qui somnolait dans un arbre proche, descendit, s’approcha pour renifler le corps figé et grogna inquiet.  Une femelle arriva à son tour et s’installa à son côté.  Immobiles comme des sphinx,  ils veillèrent la femme agonisante.

Plus tard dans l’après midi, avant que les ombres  ne enveloppent la forêt avec leur manteau nocturne, la belle déesse de la rivière mourut.  Des singes s’approchèrent de son visage exsangue et lancèrent de hurlements de douleur tellement  tristes que mêmes les serpents furent touchés.  Les perroquets et les guacamayas propagèrent la nouvelle avec leur véhémence coutumière, de tel sort qu’au bout de quelques jours plus aucun habitant de la jungle n’ignorât la fin de la déesse.

Chacun manifesta la douleur à sa façon.  Certains poissons oublièrent de respirer et se noyèrent.  Les piranhas envahirent les cours d’eau et dévorent leurs cadavres  tandis que les petits mammifères s’éloignaient des berges.  Les dauphins roses ne recherchèrent plus de compagne.  Les nénuphars, les héliconies et les orchidées se fanèrent de tristesse.  Les lianes devinrent sèches et les singes  s’isolèrent.  Les plumages des perroquets détinrent, les jaguars perdirent leur sens d’orientation et au fin fond de la forêt les arbres commencèrent à défaillir.  Et une pluie sale, amère et acide qui pénétrait les feuilles  et tuait les libellules et les crapauds se mirent à tomber sur la belle création verte…

Depuis ce jour la gigantesque forêt vierge est à l’agonie. 

Lentement mais de façon implacable elle est destinée à mourir par la volonté d’un ennemie  insidieux qui trouva le moyen de détruire le noyaux sacré qui la sustentait.  Et nous sommes tous condamnés avec elle.

Reposons en paix.

 

Traduit de l’espagnol par Jonathan Eden-Drummond

 


Par larouge • Kugler Maria Dulce • Vendredi 05/10/2012 • 0 commentaires  • Lu 624 fois • Version imprimable

Calendrier

Octobre 2012
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Archives par mois


liens amis