S'identifier - S'inscrire - Contact

Le cas de la famille Coleman

Par larouge • Tolcachir Claudio • Mercredi 14/03/2012 • 0 commentaires  • Lu 826 fois • Version imprimable

 

Le cas de la famille Coleman

Claudio Tolcachir (auteur) Ana Karina Lombardi (traduction)








  • Broché
  • Editeur : Voix navigables Editions (4 octobre 2010)



MARITO : Docteur, la maison s'effondre. Et Néné ne peut pas la maintenir, et Gabi et Damián s’en vont, et Veronica n'est pas là et grand-mère est morte. GABI : Grand-mère est vivante, Mario, qu’est-ce que tu racontes ! MARITO : Mais pour combien de temps encore, Gabi ?

La Omisión de la familia Coleman / Le Cas de la famille Coleman
Texte et mise en scène, Claudio Tolcachir
Assistante, Macarena Trigo 
Lumière, Omar Possemato 
Régie, Maxime Seugé 
Traduction de l’argentin, Leticia Scavino 

Avec Araceli Dvoskin, Miriam Odorico, Inda Lavalle, Lautaro Perotti, Tamara Kiper, Diego Faturos, Gonzalo Ruiz, Jorge Castaño



Metteur en scène et dramaturge argentin, Claudio Tolcachir est le fondateur de Timbre 4 – théâtre, école, compagnie et laboratoire collectif, où il remet sur l’établi la fabrique des histoires et des personnages qui constituent son univers. Afin de sculpter la vie intérieure de ces êtres fictifs, les conflits qui les agitent, chaque création est l’occasion d’une immersion totale. Car c’est en laissant émerger « l’espace transporté par chaque acteur » que peuvent naître les contours complexes du groupe – matière vivante et imprévisible, que Claudio Tolcachir assemble en tableaux tendres et cruels.
C’est ainsi qu’est née La Omisión de la familia Coleman : un petit monde clos, saturé de situations absurdes, de dialogues délirants, de rires, d’affrontements. Au sein de cette famille exubérante, les fêlures subjectives sont palpables, les rôles instables : mère, grand-mère, frères et sœurs cherchent leur place dans un équilibre fragile, où la violence a remplacé le dialogue. Quand cette mécanique – aussi naturelle que l’air qu’ils respirent – vient à vaciller, resurgissent les zones d’ombre, les rivalités, les rancœurs : ils se retrouvent confrontés à leurs propres impasses, obligés de choisir entre le clan et la survie. En jetant une lumière crue sur le nœud familial, Le Cas de la famille Coleman interroge la place du regard face à cette tragédie douce-amère : voyeurs, juges, témoins – ou simples spectateurs ? Chacun des personnages porte un peu de notre énigme individuelle, de l’omission qui nous fonde.

Le Festival d’Automne à Paris et la Maison des Arts Créteil présentent une autre mise en scène de Claudio Tolcachir : El Viento en un violin  (pages ?- ?)


Direction de production, Maxime Seugé et Jonathan Zak 
Promotion en France, Linea Directa / Ligne Directe - Judith Martin 
Production déléguée en France Théâtre Garonne, Toulouse
Production Compagnie Timbre 4, Buenos Aires - Argentine 
Coréalisation Théâtre du Rond-Point ; Festival d’Automne à Paris
Avec le soutien de l’ONDA

Le Cas de la famille Coleman, traduit par Ana Karina Lombardi, est édité par Voix navigables (sortie oct. 2010)
Spectacle créé en août 2005 à Buenos Aires


 

 

Archives par mois


liens amis