S'identifier - S'inscrire - Contact

Mempo Giardinelli

Par larouge • Giardinelli Mempo • Lundi 29/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 980 fois • Version imprimable



Mempo GIARDINELLI
(Resistencia, province du Chaco, 1947 — ). Journaliste à Buenos Aires. En 1976, il est contraint à l’exil et émigre à Mexico où il devient professeur à l'Université ibéro-américaine et tient une chronique spécialisée dans le roman policier dans les colonnes du journal Excelsíor. De retour à Buenos Aires en 1983, il y dirige la revue Puro cuento. Son premier roman, La revolución en bicicleta (1980), aborde le thème de l’exil, des militaires, de la dictature et de l'apathie qu'elle engendre. Luna caliente (1983) « raconte dans un style dépouillé et aussi ardent que le désir qu'il décrit, les mésaventures d'un jeune universitaire argentin envoûté, un soir, par la jeune Araceci, Lolita insatiable et ensorceleuse. Avec ce roman policier érotique ou ce conte cruel, Mempo Giardinelli se place dans une nouvelle lignée de la jeune génération qui tente de renouveler le roman argentin, par des techniques narratives nouvelles, langue, dialogues, personnages, intrigues, suspens, autant de procédés mis en œuvre par ceux qu'il revendique comme modèle : les Américains Hammett, Chandier ou le catalan Vasquez Montalban. » (Françoise Campo-Timal, 1987). Par la suite Mempo Giardinelli a publié plusieurs romans noirs et des recueils de nouvelles.ANTHOLOGIES / REVUES : extrait du roman Luna caliente (1983), traduit de l'espagnol par Sylvie Deneu et Felipe Navarro, dans Europe n° 690, 1986 — Felipe Navarro [Néstor Ponce], « Entretien avec Mempo Giardinelli. Pour une littérature noire latino-américaine », dans Bibliothèque énigmatique n° 14, juillet 1988 — « Le type » (El tipo, 1975), nouvelle traduite de l’espagnol par Christophe Josse, dans Menaces, L’Atalante, 1993.— La Lune ardente (Luna caliente, 1983), roman traduit de l'espagnol par Juan Marey. [Paris], Éditions Sylvie Messinger, 1987, 182 p., épuisé — réédition sous le titre Lune chaude, préface de Néstor Ponce, suivi d’un entretien avec l’auteur. [Paris], Éditions Alfil, 1994, 192 p., 15.24 € — nouvelle édition : Luna Caliente, traduit de l'espagnol par François Gaudry. [Paris], Éditions Métailié, « Suites. Suite hispano-américaine » n° 61, 2002, 136 p., 8 €.— Et l’oubli sera leur linceul (Qué solos se quedan los muertos, 1985), roman, traduit de l'espagnol par Chantal Mairot. [Paris], Éditions Sylvie Messinger, 1988, 244 p., épuisé.— Le Dixième cercle (El décimo infierno, 1999), récit, traduit de l'espagnol par Daniel Fernandez. [Paris], Éditions Métailié, « Suites. Suite hispano-américaine » n° 23, 1999, 112 p., 6.10 €.— Final de novela en Patagonia. [Paris], Éditions Métailié, « Bibliothèque hispano-américaine », à paraître.FILMOGRAPHIE : Luna caliente (1985), film de Roberto Denis, d’après le roman homonyme (1983), avec Federico Luppi, Humberto Zurita, Olga Zubarry, Manuel Ojeda.
 

Archives par mois


liens amis