S'identifier - S'inscrire - Contact

Manhattan macadam

Par larouge • Dorfman Ariel • Mardi 13/10/2009 • 0 commentaires  • Lu 1094 fois • Version imprimable

Manhattan macadam 

de Ariel Dorfman (Auteur), Joachim Dorfman (Auteur), Nathalie-M-C Laverroux (Traduction)






 
Broché: 283 pages
Editeur :
Editions Milan (15 octobre 2004)
Collection : Macadam


www.choisirunlivre.com

Sujet : A New-York, Heller, un adolescent de 16 ans, travaille pour "messages à la carte". Il délivre avec compassion les mauvaises nouvelles à travers la ville. Mais le jour où il doit annoncer à celle qu'il aime le décès de son père, il ne peut pas...

Commentaire : Ce roman dense, écrit à deux mains (père et fils), est original. Les auteurs nous entrainent dans l'univers déshumanisé d'une grande ville : New-York. Dans cette foule d'anonymes, un jeune homme profondément humain, en pleine construction personnelle, prend le temps d'écouter les autres et de les réconforter. Les sujets abordés( la mort, le passage à l'état adulte, l'amour, la solidarité...) sont riches, intéressants et poussent à la réflexion. Malheureusement, le rythme est extrêmement lent ; le lecteur a beaucoup de mal à rentrer dans cette histoire très "diluée" et à en saisir la finalité. L'adolescent éprouvera des difficultés à comprendre certains passages peu explicites et risque de fermer le livre bien avant la fin..
 



Le monde entier va fondre, se dit Heller. C'était le 4 juillet, et tout Manhattan transpirait. La sueur suintait des rues, des immeubles, des robinets. Toutes les radios parlaient d'un temps inhabituel. Les couples se réveillaient dans des draps humides. Les ouvriers du bâtiment travaillaient torse nu, et les agents de change desserraient leurs cravates avec un soupir d'envie. Les touristes se plaignaient, les vendeurs de glaces souriaient, et le mercure menaçait de faire exploser le thermomètre. Heller Highland voyait tout ça, et ce qu'il ne pouvait pas voir, il le savait, tout simplement. New York. Une Ville monstrueuse, sans état d'âme. Une ville qui avale les gens sans aucune pitié. Chacun vit dans son coin, vaque à ses petites affaires... Et quand les mauvaises nouvelles arrivent, plus personne n'est là pour tendre la main. Saut Heller, ce garçon anonyme qu'on ne remarque pas, mais qui rappelle à chacun ce qu'il y a d'humain en lui.


 

Archives par mois


liens amis