S'identifier - S'inscrire - Contact

La ville au bord du fleuve immobile

Par larouge • Mallea Eduardo • Samedi 04/07/2009 • 0 commentaires  • Lu 819 fois • Version imprimable

La ville au bord du fleuve immobile
de Eduardo Mallea (Auteur)







 


Poche: 382 pages
Editeur : LGF (27 octobre 2004)
Collection : Le Livre de Poche biblio

Admiré par Stefan Zweig, Jorge Luis Borges et ErnestHemingway, l'écrivain argentin Eduardo Mallea (1903-1982) demeure encore trop peu connu du public français. Ce livre est peut-être son œuvre la plus caractéristique et la plus fascinante. Dans les avenues et les faubourgs du Buenos Aires des années 1930 se croisent des personnages et des destins qu'une étrange fatalité, au cœur de l'univers moderne, semble vouer à la solitude et au silence : Ana, l'enfant délaissée par son père, qui croit trouver dans le mariage une issue à son abandon ; Avesquin, l'émigrant autrichien qui finira par se murer dans le silence ; Jacobo, qui préfère ses chimères à la réalité... À travers des dizaines de personnages, dépeints avec une rare acuité psychologique, Mallea nous parle de l'homme moderne et dénonce une civilisation urbaine incapable d'imaginer son avenir.
Ce soir-là, au-dessus de la ville, lorsque le ciel fut complètement dégagé, un étrange phénomène se produisit, comme si l'on respirait une certaine félicité universelle, comme si l'air de ce crépuscule de la mi-avril avait apporté avec lui des messages au sens caché... [...] comme si dans cette ville où vivaient tant d'hommes solitaires, tant d'esprits résignés, tant de malheureux n'ayant point vu leur propre fruit mûrir en eux, tant de vaincus pleins d'ardeur, tant de jeunes en proie à une douleur ineffable, s'était brutalement répandue la rumeur que seuls renaîtraient un jour ceux qui auraient connu l'agonie dans le désert, la mort dans les affres du doute, et qu'ils se retrouveraient purifiés sur les terres de l'espoir où ils connaîtraient la joie."
"La Ville au bord du fleuve immobile, écrit entre 1935 et 1936, a ouvert de nouvelles voies à la littérature de langue espagnole de ce siècle. Par sa profondeur psychologique, il a su rendre dans leur totalité les caractéristiques de l'homme argentin, de l'homme américain."

Archives par mois


liens amis