S'identifier - S'inscrire - Contact

L’affaire Bomarzo

Par larouge • Buch Esteban • Mercredi 28/09/2011 • 0 commentaires  • Lu 1040 fois • Version imprimable

L’affaire Bomarzo
opera, perverntion et dictature
Esteban Buch




 
 Référence(s) : :

Esteban Buch, L’affaire Bomarzo. Opéra, perversion et dictature, septembre 2011, collection « Cas de figure », 19.
ISBN :
978-2-7132-2291-7
Site de l'éditeur :
http://www.editions.ehess.fr/ouvrages/ouvrage/laffaire-bomarzo/


Voici sous forme de chronique le récit d’un des scandales musicaux les plus spectaculaires du XXe siècle : l’affaire Bomarzo est une histoire de censure d’un opéra sous la dictature argentine.

L’affaire Bomarzo : ainsi fut appelé par l’ambassadeur des États-Unis, dans ses dépêches confidentielles, le scandale qui a éclaté en juillet 1967 par l’interdiction de l’opéra d’Alberto Ginastera et Manuel Mujica Lainez, inspiré du créateur Vicino Orsini des célèbres jardins de Bomarzo (ou Parc des monstres), près de Rome. Soutenu par le général Ongania lors de sa création à Washington puis exclu par le même gouvernement en Argentine, Bomarzo reste à ce jour, pour la mémoire historique des Argentins, non pas l’opéra que certains ont vu, mais l’opéra que beaucoup n’auront pas pu voir. Et ce jusqu’en 1984, lorsque l’œuvre est reprise pour fêter le retour de la démocratie. L’histoire de cet opéra est devenue indissociable de celle de sa censure.En déroulant les différents fils de l’affaire – esthétique, politique, moral, culturel –, Esteban Buch nous plonge dans la création même de cette œuvre, et dans le contexte politique et social des dictatures argentines. Il nous fait revivre l’ampleur et la complexité du débat que suscita cette censure, la perversité des effets de moralisation de la vie publique, le rôle de l’Église catholique. Il livre ainsi une analyse fine et vivante des liens entre art, sexe, morale et État.Publié initialement en espagnol, la traduction de ce livre par l’auteur, argentin, revêt un sens à la fois personnel, scientifique, et politique. « Dans cette affaire, pour la dernière fois jusqu’à ce jour, musique et État ont formé autour de l’œuvre d’Alberto Ginastera un nœud où se reflète le labyrinthe de la culture argentine. »




 

Archives par mois


liens amis