S'identifier - S'inscrire - Contact

Juan José Saer

Par larouge • Saer Juan Jose • Samedi 18/07/2009 • 0 commentaires  • Lu 2155 fois • Version imprimable



Juan José SAER
[ARGENTINE] (Serodino, province de Santa Fé, 1937 — Paris 2005).
L'écrivain argentin Juan José Saer est mort à Paris le 11 juin 2005 à l'âge de 67 ans. Il vivait en France depuis 1968. Il est auteur d'une œuvre considérable, qui couvre tous les genres : roman, essais, poésie, nouvelle, traduite dans de nombreuses langues. Il a été Professeur à l'Université de Rennes et critique littéraire. Il a été lauréat, du prix France Culture en 2003, ex-aequo avec Virgil Tanase, du Prix de l'Union Latine de Littératures romanes en 2004 et, à titre posthume, du prix de la trajectoire littéraire, décerné par le journal Clarin, en octobre 2005.
L'Œuvre romanesque : le temps certifié par les mots
L’originalité de l’œuvre de Saer est avant tout formelle et se manifeste dès ses premiers écrits. D’où, dans Cicatrices, publié en 1969, l’explication de Tomatis, sorte de double de Saer : « Il y a trois choses qui ont une réalité dans la littérature : la conscience, le langage et la forme. La littérature donne forme, à travers le langage, à des moments particuliers de la conscience. » Chaque roman réserve donc au lecteur sa surprise formelle nuancée par une familiarité immédiate avec des personnages et des lieux récurrents : retrouvailles avec Santa Fe, espace imaginaire dans lequel se situent la plupart des romans, et avec Barco, le journaliste Tomatis, le Mathématicien ou Pigeon Garay. La phrase saerienne épouse les élasticités temporelles de la conscience des personnages à la fois recevant des informations de leur environnement (présent) en même temps que soumise aux sollicitations de la mémoire ou au contraire des projets. Les romans sont ici présentés dans leur ordre de parution en français.

Commentaires


Archives par mois


liens amis