S'identifier - S'inscrire - Contact

extrait de "Une excursion au pays des Ranqueles"

Par larouge • Mansilla Lucio Victorio • Jeudi 30/07/2009 • 0 commentaires  • Lu 843 fois • Version imprimable

Extrait du « Une excursion au pays des Ranqueles » de Lucio V. Mansilla,
traduit de l'espagnol (Arrgentine) par Odile Begué.

Dédicace. – Les aspirations d'un tourist. – Les goûts au fil des ans. – Pourquoi un père se querelle avec son fils. – Qui sont les Ranqueles. – Un traité international avec les Indiens. – La théorie des extrêmes. – Où se situent les frontières de Córdoba et les terres comprises entre les ríos Cuarto et Quinto. – D'où part le chemin du Cuero.

Je ne sais où tu es, ni où te trouvera cette lettre et celles qui suivront, si Dieu me prête vie et santé.
Voilà longtemps que j'ignore où tu habites, que je suis sans nouvelles de toi; et c'est uniquement parce que le cœur me dit que tu es en vie, que je crois que tu poursuis tes pérégrinations de par ce monde, et que je ne perds pas espoir de partager avec toi, à l'ombre d'un vieux caroubier vermoulu ou parmi les hautes herbes au bord d'une lagune ou sur les berges d'un ruisseau, un churrasco de guanaco, ou de biche, ou de jument, ou de chat sauvage, ou une picana d'autruche, que j'aurai attrapée aux boleadoras, qui m'a toujours paru le morceau le plus savoureux.
À propos d'autruche, après avoir parcouru l'Europe et l'Amérique, vécu comme un marquis à Paris, et comme un guaraní au Paraguay; mangé de la mazamorra dans le Río de la Plata, du charquicán au Chili, des huîtres à New York, des macaroni à Naples, des truffes dans le Périgord, du chipáà Asunción, j'ai souvenir que l'une des grandes aspirations de ta vie était de manger une omelette d'œufs de ce volatile de la pampa à Nagüel Mapo, qui veut dire Lieudit du Tigre.
Les goûts se simplifient au fil des ans, et il se produit un curieux phénomène social depuis que le monde est monde. Le macrocosme, c'est-à-dire l'homme collectif, passe son temps à inventer des plaisirs, des mets délicats, des besoins, et le microcosme, l'homme individuel, à lutter pour s'affranchir des tyrannies de la mode et de la civilisation.
À vingt-cinq ans, nous sommes esclaves d'un nombre incalculable de choses superflues. Ne pas avoir de gants blancs, frais comme la romaine, est une grande contrariété, et peut faire rater un mariage au jeune homme le plus accompli. Combien n'ont-ils pas souvent cessé de manger et sacrifié leur estomac sur l'autel du bon goût!
À quarante ans, lorsque la bise et le froid de l'hiver de la vie ont commencé à faner le teint et à blanchir les cheveux, les besoins augmentent, et pour un pot de cold cream, ou un paquet de cosmétiques, que ne ferait-on pas?
Plus tard, tout revient au même; avec ou sans gants, avec ou sans retouches, «fût-il vêtu de pourpre, un singe est toujours un singe».
La nourriture la plus naturelle, la plus simple, la plus inoffensive, il n'y a rien de mieux : point de plats épicés, point de truffes. Le puchero est la seule chose qui n'est pas nocive, qui n'est pas indigeste, qui n'irrite pas.
Dans un autre ordre d'idées, le phénomène se vérifie également. Il est des races et des nations créatrices, des races et des nations destructrices. Et, néanmoins, dans
l'irrésistible corso e ricorso des temps et de l'humanité, le monde avance; et une inquiétude fébrile pousse incessamment les mortels de perspective en perspective, sans que jamais l'idéal ne meure.
Eh bien, en arrêtant ici l'exorde, je vais te dire,
Santiago, mon ami, que je t'ai devancé.
Je présume que tu ne m'en voudras pas pour cela, en te laissant dominer par un sentiment d'envie.
N'oublie pas qu'un jour tu m'as dit, en blâmant ton père avec lequel tu t'étais disputé :
- Sais-tu pourquoi le vieux m'en veut? Parce qu'il m'envie que je sois allé au Paraguay et lui pas.
Le fait est que mon étoile militaire me confia le
commandement des frontières de Córdoba, qui étaient les plus dévastées par les Ranqueles.
Tu sais déjà que les Ranqueles sont ces tribus d'Indiens araucans qui, ayant émigré à différentes époques du versant occidental de la cordillère des Andes vers le versant oriental, et traversé les ríos Negro et Colorado, sont venues s'établir entre le río Quinto et le río Colorado, à l'est du río Chalileo.
Dernièrement, j'ai conclu un traité de paix avec eux, que le président a approuvé, à charge de le soumettre au Congrès.
Moi, je croyais que, s'agissant d'un acte administratif, ce n'était pas nécessaire.
Un pauvre colonel, que sait-il des procédures constitutionnelles?
Le traité ainsi ratifié, certaines difficultés surgirent quant à son exécution immédiate.
Cette circonstance, d'une part, une certaine inclination pour les équipées hasardeuses et lointaines, de l'autre, le désir de voir de mes propres yeux ce monde que l'on appelle Tierra adentro, afin d'en étudier les usages et les coutumes, les besoins, les idées, la religion, la langue, et reconnaître par moi-même le terrain où un jour, peut-être, devront marcher les forces qui sont sous mes ordres – voilà ce qui me décida, il y a peu et contre une foule de gens qui se disaient connaisseurs des Indiens, à m'aventurer jusqu'à leurs campements, et à manger, avant toi, à Nagüel Mapo, une omelette d'œufs d'autruche.

pour lire la suite, cliquez ici

Archives par mois


liens amis