S'identifier - S'inscrire - Contact

Elena Bellemort et autres textes

Par larouge • Fernandez Macedonio • Mercredi 24/06/2009 • 0 commentaires  • Lu 772 fois • Version imprimable


Elena Bellemort et autres textes
de Macedonio Fernández (Auteur)





 
Broché: 148 pages
Editeur : Jose Corti;
Édition : Ed. bilingue (15 avril 1990)
Collection : Ibériques

La majeure partie des poèmes de Macedonio Fernández (Argentin 1874-1952) rassemblés sous ce titre sont consécutifs à la mort prématurée, en 1920, d’Elena de Orbieta, épouse de Macedonio, lequel ne se remettra jamais vraiment de sa disparition. Ils sont en quelque sorte, ces poèmes l’intime conjuration réitéré d’un homme soudain placé devant une réalité insoutenable. Le chemin qu’il aura le plus assidûment partiqué [pour dénier ce vide] reste celui de la parole poétique, celle qui permet de concilier les contraires, d’affirmer que “Mort est Beauté”, qu’elle est même la “Beauté d’Amour”, et que la puissance de celui-ci finit par imposer sa loi, “car Mort gouverne Vie ; Amour, Mort.”Jacques Fressard, extrait de Une Légende et peut-être un mystère, La Quinzaine littéraire, 1/15 juillet 1990. En toute vraisemblance c’est la première fois que l’on donne à connaître en France, d’une façon exhaustive, l’œuvre de [Macedonio Fernández], ce penseur magicien et cet écrivain révolutionnaire qui vécut et mourut sur les rives du Río de la Plata il y a une quarantaine d’années, et qui eut une immense influence sur les écrivains de sa générétion ainsi que sur ceux qui suivirent.Instinctivement je suis restée le plus près possible de la version originale. Il me semblait que celle-ci était déjà une traduction, qu’elle émergeait du néant, d’une langue déjà loin de l’espagnol, et que si je m’en éloignais à mon tour, je risquais de manquer l’essence même de l’auteur, c’et-à-dire son âme.Macednio Fernández aimait affirmer que nous étions de même nature que ls rêves et que nous vivions dans un monde rêve. C’est pourquoi il arrivait que les choses se fissent d’elle-mêmes, s’écrivissent facilement, au repos, à la manière d’une pensée qui s’écoule entre deux langues.Silvia Baron Supervielle (extrait de la préface)
Lorsque, nouvel Orphée, Macedonio se tourne vers la poésie pour rejoindre Elena, il ne regarde pas où il va mais d’où il vient. Et c’est au langage symboliste de ses débuts qu’il va avoir recours.Silvia Baron Supervielle, traductrice scrupuleuse de ce volume en édition bilingue, a complété Elena Bellemort par quelques poèmes tirés de Musée du roman de l’éternelle, chef-d’œuvre de Macedonio Fernández, où il donne libre cours à son humour et à son goût du paradoxe, et où il anticipe sur Cortázar. Les deux ouvrages sont contemporains, au moins en partie, mais un monde les sépare.Dans Le Musée, Elena s’est changée en Eterna. Les poèmes qui lui sont consacrés ne sont plus qu’un chapitre parmi d’autres de ce roman en morceaux que son auteur offre “à qui voudra l’écrire”. Ils sont devenus une pièce d’un puzzle qui les dépasse et dont le dession livre sans doute l’une des clefs du roman latino-américain moderne.Jacques Fressard, extrait de Une Légende et peut-être un mystère, La Quinzaine littéraire, 1/15 juillet 1990.À lire Elena Bellemort et Papiers de Nouveauvenu on découvre que Macedonio Fernández, passé le folklore auquel il est toujours tentant de la réduire, est avant tout un immense écrivain. Que ce soit dans ces poèmes où il élabore une poétique inouïe, dans ses textes brefs, véritables pièges à lecteurs, ou dans ses romans, Macedonio Fernández fonde un univers d'une nouveauté radicale. Son idéalisme, qui ne pourrait être seulement qu'un nihilisme, anéantit en même temps le réel et une certaine littérature dite réaliste.Jean-Didier Wagneur, Le Nouveauvenu de Buenos Aires, Libération, 30 avril 1992.

Archives par mois


liens amis