S'identifier - S'inscrire - Contact

à propos de "Paris - Buenos Aires, un siecle de tango"

Par larouge • Zalko Nardo • Dimanche 02/08/2009 • 0 commentaires  • Lu 616 fois • Version imprimable

Réédition du Paris Buenos Aires, Un siècle de tango de Nardo Zalko
Une nouvelle édition actualisée du livre de Nardo Zalko, Paris Buenos Aires, Un siècle de tango, sort cette semaine en librairie. L'édition originale, publiée en 1998, était épuisée depuis longtemps et le manque se faisait cruellement sentir étant donné la production squelettique de livres en langue française consacrés à l'histoire du tango argentin. Cet essai est en effet l'un des rares ouvrages quelque peu documenté destiné aux amateurs français du genre. Il raconte la liaison franco-argentine du tango et l'histoire des liens qu'il a tissés du début du XXème siècle à nos jours entre ses deux capitales mondiales : Buenos Aires et Paris, l'épouse et la maîtresse comme disent les argentins. Organisé chronologiquement sur fond de réalité politico-sociale et de création artistique des deux pays, rendu vivant par une riche iconographie, fourmillant d'anecdotes, le livre de Nardo Zalko se lit comme le roman des aventures du tango entre les deux rives de l'Atlantique depuis un siècle.Né vers 1880 dans les faubourgs et les bordels de la capitale argentine, le tango débarque à Paris, via Marseille, en 1906. "Selon la légende, ce sont les marins de la frégate-école argentine Sarmiento qui laissèrent dans le port marseillais et dans ses caboulots les partitions de La Morocha (la Brunette) d'Enrique Saborido", écrit Zalko. Quelques décennies plus tard, après nombre d'échanges migratoires et la montée au firmament de Carlos Gardel -- né à Toulouse avant d'aller vivre et faire la carrière que l'on sait à Buenos-Aires --, plus de 300 tangos argentins évoquent la capitale française et Buenos Aires regorge de maisons de passe et de cabarets-tango aux noms français. Plus tard, en plein déclin des années '60 et '70, c'est encore en France que le tango continue à exister, à travers quelques grands musiciens (Astor Piazzolla) ou artistes et écrivains (Julio Cortazar) venus s'y réfugier. Dernier aller-retour en date, le renouveau des années '90. Suite au prochain siècle.Nardo Zalko est né à Buenos Aires en 1941. Il vit depuis plus d'une trentaine d'années à Paris où il est journaliste au service Amérique latine de l'Agence France Presse.
Copyright © Tango-Argentin.Net / La République des Lettres jeudi 4 novembre 2004

Le tango aurait-il la renommée qu’il a à travers le monde s’il n’avait pas été adopté par les noceurs de la « bonne société » parisienne, durant la Belle Époque ? On peut se le demander en lisant ce livre débordant d’informations. Journaliste argentin travaillant à Paris, Nardo Zalko est un passionné, un vrai. Il a accumulé beaucoup d’éléments (références littéraires, articles de presse, témoignages) lui permettant de retracer l’histoire d’une liaison profonde, celle qui unit Buenos Aires et Paris, donc le tango et la France. Née vers 1880 sur les rives du Rio de la Plata, la musique langoureuse a ondoyé vers la Seine dans les premières années du XXe siècle. À Montmartre, puis dans les salons chics et enfin partout, on prit goût à cette danse considérée comme extrêmement érotique, à ce corps-à-corps simulant autant l’amour qu’une lutte qu’avaient inventée les gueux de Buenos Aires, ces exilés venus d’Europe et d’Afrique en quête de vie meilleure. Qu’elle ne fut pas la surprise des « élites » portègnes lorsqu’elles découvrirent que leurs homologues parisiennes portaient aux nues ce tango qu’elles jugeaient d’une vulgarité sans nom ! Progressivement, elles se laissèrent convaincre et la musique des bas-fonds devint objet de gloire nationale. Elle plaisait à Paris, alors… L’auteur rappelle tout au long de l’ouvrage les liens historiques, politiques, artistiques, architecturaux et autres, qui se sont tissés entre les deux villes – en n’oubliant pas les très nombreuses courtisanes parisiennes officiant à Buenos Aires… Des rapports, il faut bien le dire, que l’on ignore souvent en France. Le plus beau dans cette histoire, c’est que ces amours ne se sont jamais démenties et qu’elles ne sont toujours pas finies. Carlos Gardel et bien d’autres furent des vedettes de premier plan des deux côtés de l’Atlantique. Plus tard, c’est à Paris qu’Astor Piazzolla connut les moments les plus intenses de sa carrière. Et de Tino Rossi au Gotan Project, le tango a inspiré nombre de musiciens et chanteurs français. Bref, on ne va pas vous raconter tout ce que l’on trouve dans ce livre qui a le mérite de porter un regard très original sur l’histoire d’un genre musical centenaire.
source: http://www.routard.com/mag_livre/310/paris___buenos_aires_un_siecle_de_tango.htm


Archives par mois


liens amis